Après les évènements héroïques se déroulant dans La Lumière des Jedi, signé de la main de Charles Soule, nous revoici au cœur des intrigues de l’Orage avec L’Orage gronde, de Cavan Scott. Le monsieur n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il a déjà quatre romans Star Wars derrière lui, et va donc tenter de poursuivre l’excellent travail de son prédécesseur dans ce nouvel univers de La Haute République.

Au lendemain de la Grande Catastrophe qui avait mis en lumière l’héroïsme des Jedi, la République poursuit son expansion. Sous la conduite de la Chancelière Lina Soh, l’esprit de l’unité s’étend à travers la galaxie, et les Jedi comme la station du Flambeau Stellaire – fraîchement inaugurée – en sont le fer de lance.
En signe de célébration, la Chancelière organise la Foire de la République, véritable vitrine de tout ce que ce gouvernement peut offrir de mieux aux mondes qui rejoignent son giron. Stellan Gios, Bell Zettifar, Elzar Mann et de nombreux membres de l’Ordre Jedi participent à l’événement en tant qu’ambassadeurs de l’harmonie. Mais alors que la galaxie entière a le regard tourné vers la Foire, le chef des Nihil, Marchion Ro, compte bien en profiter pour porter un coup fatal à cette unité. Mû par un esprit vengeur, son ouragan s’apprête à déferler sur les festivités pour semer la peur et le chaos.

Dès les premières pages on retrouve avec plaisir cette époque ancienne de la galaxie, alors que les jedi assurent la paix et que le côté obscur se tait. Mais Marchion Ro n’a pas l’intention de se laisser faire et va troubler la paix, et cela malgré l’héroïsme des adeptes de la Force. Il est vraiment intéressant de découvrir une période où les jedi ne sont pas poursuivis, où ils peuvent construire la paix comme ils savent le faire. De nouveau nous allons suivre plusieurs pistes, plusieurs protagonistes tandis que l’aventure progresse et que la guerre surgit peu à peu. Cette série est très intéressante scénaristiquement pour plusieurs raisons : premièrement elle met en lumière une période jusqu’ici juste effleurée dans le lore de Star Wars, mais également elle propose une vision de ce que peut donner l’univers lorsqu’il est guidé par les jedi. Et la manière dont les deux auteurs sont parvenus à travers leurs deux romans à nous faire entrer dans cet univers, à faire en sorte que nous plongions plus avant dans la galaxie est très réussi. Il faut noter aussi que la liaison entre les deux tomes, entre les deux auteurs, se fait sans difficultés. Il peut en effet parfois y avoir des difficultés lorsque deux personnes se passent le relai sur une série, mais ici cela se fait avec fluidité.

L’histoire est menée tambour battant, on retrouve les protagonistes du tome précédent et une fois de plus le lecteur plonge de manière vertigineuse dans les aventures qui nous sont contées. Cavan Scott laisse peu de pauses dans son récit, faisant progresser l’aventure à un rythme élevé, nous invitant dans une valse d’action impressionnante. Je ne m’étais pas ennuyé dans La Lumière des Jedi, mais là les choses vont encore plus loin et c’est un véritable plaisir.

Le style de ce nouvel auteur est aussi fluide que celui de son prédécesseur. On prend plaisir à lire, les descriptions sont précises mais laissent la place à l’imagination et à l’émerveillement. De nouveau je suis ébahi de voir tant d’auteurs parvenir à faire progresser l’univers étendu de Star Wars avec autant de talent et de facilité. Chaque roman que j’ai découvert propose une facette inattendue et agréable de ces mondes que déjà adolescent j’observais avec ravissement à la télé.

L’Orage gronde est un excellent second tome : le rythme est soutenu, l’aventure bien présente et les ramifications du scénario titanesques. Le lecteur ne s’ennuie pas et ce nouveau cycle de La Haute République donne tout son sel au fur et à mesure des tomes. Je suis, à titre personnel, vraiment curieux de voir ce que le troisième opus va bien pouvoir proposer pour arriver à la conclusion de cette sage des Orage tout simplement épatante. En tous cas si vous aimez Star Wars, alors vous n’avez aucune question à vous poser : foncez !

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de cultures alternatives, Thomas dirige eMaginarock depuis 2008. Editeur, photographe, anthologiste, graphiste... ses casquettes ont été nombreuses dans sa vie, un peu comme un chapelier fou, mais avec toujours une ligne directrice qui s'est dégagée : faire découvrir les univers qu'il aime aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.