Accueil / Jeux / Dossier : Le milieu des jeux de figurines
Bannière Institut de la Musique

Dossier : Le milieu des jeux de figurines

Voici une petite réflexion sur les jeux de figurine qui murit depuis pas mal du temps dans ma petite tête, elle m’est personnelle et n’a pas valeur de table de la loi. Il est même probable qu’elle évolue dans le temps.

Une des premières choses que l’on apprend en économie d’entreprise, c’est que pour vendre il faut des clients. Aucune notion de qualité du produit vendu, juste des clients.

Et donc quels clients trouve-t-on dans le monde de la figurine ?

Pour moi, trois grandes tendances se dessinent, même si un joueur est rarement traversé par une seule de celles-ci :

  • Le joueur : comme son nom l’indique il est là pour jouer (et son extrême : uniquement gagner), lorsqu’il achète un jeu, il veut pouvoir y jouer !
  • Le modéliste : la beauté des figurines et des décors le pousse à acheter, même s’il ne joue pas forcément, un beau diorama lui fait plaisir ;
  • Le peintre : peintre amateur ou de concours, c’est la beauté des figurines et ce qu’il peut en faire qui l’intéressent avant tout.

Une fois ces grandes tendances détaillées, il est possible de porter une analyse sur la figurine et son prix.

La figurine a donc une valeur intrinsèque (prix de production qui intègre la matière première, la recherche en design et la marge), mais aussi une valeur d’utilité qui augmente sa valeur. Si je sais que je peux jouer facilement je suis plus enclin à investir dans un jeu.

Pour déclencher l’acte d’achat, il suffit que l’on considère la figurine comme « valant son prix » (qui peut donc fluctuer en fonction des aspirations de l’acheteur) et que l’on dispose des liquidités adéquates.

On peut aussi définir un jeu de figurines d’un point de vue économique simplement : C’est un bien privé (une seule personne joue avec l’armée en même temps), mais c’est aussi un bien de réseau (plus de personnes jouent à ce jeu et plus il a de valeur potentielle).

L’aspect réseau est donc très important : ancienneté du jeu, site de l’éditeur fournissant des informations ou du contenu régulièrement et qui met en avant les joueurs, communauté active sur internet, animations de boutiques, tournois, etc. La vitalité d’une communauté autour d’un jeu est un bon indicateur de ce réseau, même s’il peut y avoir probablement des exceptions. Et c’est là qu’on peut remercier les clubs ou les boutiques qui participent à cet aspect vital pour un jeu (coucou la Guilde).

Le coût d’entrée sur un marché est important en économie. Un nouvel acheteur ne franchira le pas que s’il ne trouve pas celui-ci trop élevé.

Qui n’est pas tenté par tel ou tel nouveau jeu ? Mais souvent c’est le prix d’achat qui nous freine.

La démo en magasin, club ou convention est une première approche : faire tester le jeu. Mais une seule partie est rarement suffisant ; c’est donc là que le marché de l’occasion joue son rôle : essayer plus longtemps, à moindre coût et revendre si le jeu ne nous plait pas et sans perdre trop d’argent.

En prenant en compte ces paramètres, il est possible de regarder les stratégies développées par les éditeurs de jeu pour essayer d’attirer les joueurs.

Certains misent sur la qualité et la beauté des figurines (ce qui augmente mécaniquement le prix), d’autres sur les mécaniques de jeu, mais peu font l’impasse sur la communication et le développement de la communauté.

Les règles du jeu :

  • Plus un jeu est facile d’accès et plus il peut toucher de personnes. Mais à être trop simple, il perd des joueurs plus exigeant sur la mécanique. Typiquement Infinity et ses superbes figurines semble plus difficile à prendre en main que Eden. De bons concepteurs de jeu arrivent à trouver cet équilibre précieux entre simplicité et simplisme.

Le format de jeu :

  • Il permet de proposer un jeu à moindre coût : si vous jouez à 3 figurines, l’investissement n’est pas le même que pour un jeu où il en faut 40. Donc escarmouche (ou niveau tactique) vs grandes batailles (ou niveau stratégique) ?
  • Les petits formats de jeu favorisent la personnalisation des figurines. Le modéliste et ravis et l’éditeur va pouvoir revendre plusieurs fois le même kit au motif du WYSIWYG (le matériel de la figurine correspond aux options montées). Ou alors vous investissez dans des aimants ;
  • Implicitement la durée de jeu est impactée. Une partie d’escarmouche se joue généralement plus rapidement qu’une grande bataille. Lorsque l’on commence, un temps de jeu rapide permet de faire facilement découvrir le jeu ou de faire plusieurs parties ;
  • Le changement d’échelle de jeu est une bonne manière de faire passer « en douceur » la facture. Un petit budget se contentera de l’escarmouche et de peu de figurines alors qu’un gros budget aura la possibilité d’acheter régulièrement puis d’utiliser plus de figurines. La réussite de Kill Team est un très bon point d’entrée vers Warhammer 40K par exemple.

Les bundles (ou offres liées) :

  • Vous proposez deux factions avec un prix promotionnel. L’avantage est multiple : deux factions permettent de varier le jeu ou de le faire découvrir à un ami qui n’auras rien à acheter (baisse du coût et développement de la communauté), mais aussi d’acheter à moindre prix et de revendre la faction qui ne nous intéresse pas sur le marché de l’occasion ;
  • Un cas particulier existe sous forme d’acheteur/spéculateur qui achète, revend les deux factions sur le marché de l’occasion avec une petite marge bénéficiaire. Si ce comportement est souvent décrié sur les forums ou les groupes FB, cet agent économique a son importance car il permet d’écouler les tirages neufs (et donc de développer des marges en faisant des économies d’échelle) mais aussi il alimente le marché de l’occasion et permet à des curieux d’essayer le jeu à moindre coût.

Les éditions limitées :

  • Lors du lancement d’une nouvelle faction des figurines spécifiques (ou en résine si le jeu propose habituellement du plastique ou du métal) peuvent être proposées pour inciter à l’achat ;
  • Un évènement particulier, comme l’ouverture d’une boutique ou un anniversaire permettent d’avoir une actualité à moindre frais et offre une communication simple et efficace ;
  • Le problème vient de la limitation. Une fois épuisée, les spéculateurs profitent de la rareté pour faire une belle marge au détriment des clients qui n’ont pas pu y avoir accès.

L’univers :

  • La beauté graphique et le développement du contexte de jeu est un plus non négligeable, une belle couverture sur une grosse boîte attire l’œil, mais c’est le contenu du livre de règles qui donne envie de le lire (maquette, illustrations) et ce sont les romans qui donnent envie de jouer dans l’univers ;

Les jeux de société « avec figurine » :

  • Le réseau de distribution est étendu à des enseignes plus « classiques », type grande distribution ;
  • Cela permet de faire connaître l’univers, de fournir quelques figurines utilisables… pour un format rapide (type escarmouche).

Les jeux de société sans figurines mais « dans l’univers de » : Là encore le jeu est trouvable hors des réseaux de distribution habituels. Mais pourquoi un joueur de figurine achèterait-il un jeu sans figurines ? Ce type de jeu n’est pas forcément à destination des joueurs historiques, même si leur collectionnite peut les pousser à acheter.  C’est une porte d’entrée vers cet univers à destination de nouveaux joueurs. Personnellement la version Heroes of Black Reach ne m’intéresse pas par exemple.

Les romans avec figurines : Une figurine de héros emblématique pour accompagner le livre ou marquer un évènement spécial. Pour Infiniy et le manga Outrage par exemple. Ou le héros de la Black Library (Severina Raine cette année).

 

Jeux vidéo, manga, comics, livres audios, la multiplication des supports conduit à des produits plus ou moins réussis en fonction de leur public. Les BD Warhammer 40K pour enfant sont-elle une bonne idée ou pas, vous avez 4h pour rendre votre copie.

Autour de l’éditeur gravitent des acteurs plus ou moins autorisés et participent au dynamisme de la communauté :

  • Les chaînes youtubes (généralistes ou dédié à un jeu) ont fait leurs apparitions. Open the box, rapports de bataille montés ou en live, couverture d’évènements, motivation de jeu et de peinture (CDA), astuces de jeu ou de peinture, il y en a pour tous les goûts. French Wargame Studio, HiigyTv, Commandeur TV ou Francis Minis se sont bien développés, chacun avec son ton et son angle d’attaque. Les jeux des éditeurs envoient parfois des jeux pour soutenir les chaînes si elles s’intègrent dans leur politique de communication. Ils font appel aux dons sur des plateformes dédiées (tipeee ou autre) ;
  • Les podcasts, quel que soit la plateforme, proposent des news ou des analyses des sorties. Point de visuel mais de la « papote entre potes ». J’aime beaucoup Drop Podcast et C12 ;
  • Les sites Internet d’information sur le jeu ou spécifiquement sur la figurine. Cela permet d’avoir des articles plus ou moins bien illustrés qui mettent en avant un jeu ou des pas à pas sur des techniques de peinture ;
  • Les groupes de reventes FB, génériques type « Le marché de la Figurine » ou spécialisés sur un éditeur ou un jeu, comme « Confrontation – Guilde des Marchands », permettent de dynamiser le marché de l’occasion ;
  • Les peintres (plus ou moins) pros. D’armée (du volume et un effet de masse) ou d’exposition (de la qualité), il est possible de faire peindre ses figurines lorsque l’on n’a pas le temps. Il suffit d’y mettre des sous. Tabletop, tabletop+ ou mieux tout dépend de votre budget ;
  • Les formations de peinture. Des cours pour progresser du débutant au confirmé sont dispensés par des professeurs reconnus pour la qualité de leurs œuvres ; certains ont même développé des cursus en présentiel ou via internet. Salaise figurine propose des cours en ligne ou dans son atelier par exemple (allez voir son Patreon) ;
  • Les versions luxe. Vous voulez des figurines officielles de meilleure qualité ? Des concepts novateurs ? Les versions améliorées, plus détaillées sont disponibles. Mais c’est plus cher. Forgeworld pour Games Workshop par exemple.

Puis vient la zone grise du droit d’auteur qui s’insère en complément des produits classiques :

  • Les vendeurs de matériel dédié, type Redgrassgames qui va proposer du matériel de peinture à destination des figurinistes (palette humide, pinceaux, poignée de peinture). Et à titre personnel je suis très content de mon achat de palette ^^ ;
  • Les producteurs de décors (résine, MDF/HDF) qui ont potentiellement passé des accords de licence et qui ont la mention du jeu correspondant. Comme Warsenal ou Antenocitis pour Infinity par exemple. J’ai personnellement un faible pour les productions de Quantum Gothic ;
  • Les producteurs de figurines (gammes alternatives) qui proposent leur version de figurines d’un gamme phare. Les droits d’auteurs sont quelques peu oubliés et on découvre des Chevalier de l’Espace au lieu de Space Marines. Tout le monde comprend bien de quoi il s’agit mais rien n’est vraiment répréhensible du point de vue de la loi. Cependant cela fait de très belles alternatives et dynamise le jeu en question sans vraiment lui faire de tord puisque cela ne capte pas vraiment le gros des ventes. Par exemple le superbe train dont nous avons déjà parlé.
  • Les vendeurs de bitzs, achètent des boites et vendent les pièces à l’unité avec une marge plus ou moins importante. Qui ne s’est jamais dit, j’ai besoin d’une seule pièce de cette boite à 40€ ? Pour les jeux à petite échelle et personnalisation des figurines, c’est une aubaine ;
  • Les sites de vente 3D permettent d’obtenir des éléments de personnalisation pour les figurines.

 

Deux cas particuliers car ils sont vu comme des parasites de l’écosystème de jeu.

  • Les fuites (leaks) sont un phénomène ambivalent. Elles précipitent les informations et peuvent court-circuiter une communication mais c’est aussi un élément de dynamisation de l’intérêt pour un jeu ou une sortie si elles sont maîtrisées et distillée adroitement. Et quelque fois c’est même un soulagement tellement les méthodes marketing peuvent être éculées et tirer en longueur. Certains éditeurs après avoir essayé de les limiter, en jouent et arrivent même à troller leur communauté.
  • Les recasters (retirage, copie). Là on est dans le coté obscur de la figurine. Le retirage résine de figurines très chers ou épuisées à un prix plus bas. La qualité est variable. Autant le dire tout de suite, les droits d’auteurs ne sont pas respectés et certains petits éditeurs ne s’en remettent pas car leurs coûts de développement ne sont pas couverts. En général ils sont obligés de fermer boutique. Pour les gros éditeurs c’est aussi un problème mais cela ne les met normalement pas en péril. Dans leur cas, il peut y avoir (conditionnel) plusieurs intérêts (même si ça leur fait mal) : éviter la spéculation sur des figurines (retirées de la production ou exclusives), avoir des joueurs supplémentaires qui n’auraient pas pu franchir le pas et permettre l’acquisition d’une grosse pièce qu’ils n’auraient pas vendue car très chère qui sera montrée. Mais c’est illégal et nuisible au marché de l’occasion car le doute s’installe sur la provenance des figurines.

J’espère que cette petite synthèse (rappel : qui m’est toute personnelle) vous aura permis de mieux appréhender le milieu du jeu de figurines et n’hésitez pas à me contacter pour en discuter.

Eldricht Tales

A propos de Raven

Rôliste depuis 1989, joueur de jeux de plateau, de figurines, fan de littérature fantastique et de science fiction, pratiquant d'arts martiaux et lecteur d'ouvrages de philosophie je suis l'assemblage improbable d'éléments de pop culture, de culture chinoise et de la multitude d'études et de formations que j'ai eu l'occasion de suivre (économie, statistiques, finance, informatique, diététique, histoire, planétologie, oncologie, etc.) et de les mettre en application dès que l'occasion se présente. Je suis un mercenaire du jeu de rôle. Amateur ou (semi) pro. Relecteur (pointilleux souvent), auteur (parfois) et testeur (occasionnel).

Lisez aussi

Pandemic – La Chute de Rome – Filosofia/Edge France

Pandemic. Voilà une série de jeu à succès qui a vu son concept décliné. Après …

MEGA, Le 5ème Paradigme / Écran et Scénarios – Didier Guiserix

L’écran de MEGA, sorti en même temps que le livre de base, est en quatre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *