C’est joli, c’est délicat, mais beaucoup trop long et lent…

Thomas est un poète talentueux et insouciant, qui parcourt le monde au gré de ses envies. Mais quand il accepte le baiser de la Reine des Elfes, celle-ci l’emporte pendant sept années dans un pays aussi magique qu’inquiétant. Thomas devient alors le pion de la Reine, autant que de la partie qui l’oppose au Chasseur…

Grand classique, Thomas le Rimeur d’Ellen Kushner est un roman très décevant.

Certes, il y a une ambiance poétique et merveilleuse.

Certes, les dialogues des paysans écossais sont très bien retranscrits et nous emmènent de façon réaliste dans un temps passé.

Certes, l’écriture de Kushner est délicate et son vocabulaire bien tourné.

Mais il est très difficile, voire impossible, de s’attacher à Thomas, ce poète tellement niais qui prend des décisions aberrantes ! Son comportement envers Elspeth dérange tout comme la dévotion étrange dont fait preuve la jeune femme à la fin du roman. Seuls Gavin et Meg, le couple de paysans qui héberge Thomas, présente un intérêt. C’est d’ailleurs la première partie (le roman est découpé en quatre parties mettant en avant les quatre personnages principaux), celle de Gavin, qui est la plus réussie.

Le long passage au Pays des Elfes est à la fois enchanteur et à la fois peu intéressant, car beaucoup trop long. C’est d’ailleurs le second reproche que l’on peut faire au roman : c’est très, très peu dynamique. En effet, l’histoire prend beaucoup de temps à démarrer (une centaine de pages) et encore une fois, l’ensemble est beaucoup trop dialogué. Les événements au Pays des Elfes ne sont pas très palpitants et Thomas passe ses journées à se languir de la reine. Le monde dépeint manque un peu de clarté ce qui rend vague les allers et venues de la cour de la reine.

Les thématiques du livre tournent autour de l’amour, de la dévotion à son amant ou son amante, rappelant ainsi les romans courtois, mais du coup, ce n’est pas très concret et on a beaucoup de mal à comprendre Thomas qui est constamment passif et subit son séjour au pays des merveilles.

Ce n’est pas que Thomas le Rimeur est un mauvais roman, mais je ne suis pas du tout rentrée dedans et j’ai trouvé le ton assez niais ce qui a beaucoup gêné ma lecture. De plus, il y dans l’ensemble un manque d’inventivité qui donne au roman un ton assez plat. C’est dommage, car l’ambiance des landes écossaises se fait bien sentir et nous transporte dans un monde un peu hors du temps.

Arwen

Arwen

Je m’appelle Marie et j’ai 29 ans. J’ai fait des études de cinéma pour devenir scénariste. J’ai travaillé entre autre pour des chaînes jeunesse et des productions de dessins animés. Egalement auteur jeunesse, j'ai publié 4 livres à ce jour. Je suis une passionnée de littérature et de cinéma bien sûr! Tout ce qui touche au fantastique (et à ses cousines Fantasy et Féerie) me parle tout particulièrement. Je développe actuellement mon premier roman pour la jeunesse!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *