Groupe de death métal mélodique originaire de Suède, At The Gates nous revient avec The nightmare of being. Cet album m’a laissé un sentiment mitigé. Certains morceaux vraiment originaux proposent de très bons solos de guitare aux mélodies accrocheuses, et par moments une petite ambiance post black. D’autres titres se sont révélés trop bourrins à mon goût.

Mais connaissant mal ce groupe, mon avis ne sera peut-être pas représentatif de celui des fans. Je ne m’attarderai donc pas ici sur les chansons qui m’ont moins convaincue.

The nightmare of being s’ouvre sur Spectre of extinction, un titre introductif sympathique aux accents un peu latins. J’ai d’ailleurs trouvé que dans l’ensemble, les introductions étaient vraiment travaillées.

Parmi les morceaux qui m’ont davantage parlé, on notera aussi l’étonnant Garden of Cyrus, ovni musical au sein de cet opus. On y retrouve quelques passages où jouent des instruments à vent pour un effet presque jazzy, sur une voix grave et parlée. L’ensemble est très sympathique.

Peu après, The Fall Into Time s’ouvre sur une intro assez symphonique et baroque avant de basculer vers le métal. Le final est excellent, tant au niveau des rythmes que de la composition. On enchaîne avec Cult of Salvation, mélancolique et prenant. Au milieu de la chanson s’opère une rupture vocale et rythmique : la pulsation est plus lente, la voix plus profonde et parlée.

L’avant dernier titre de l’album s’installe aussi parmi mes favoris. Cosmic Pessimism propose une composition plus calme que les autres. Les percussions sont moins présente, la voix est calme, grave et parlée.

Si je n’ai pas su complètement rentrer dans The nightmare of being, certaines chansons m’ont vraiment convaincue par leur originalité.

NokomisM

NokomisM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.