Projet allemand aussi barré que brillant, The Picturebooks sort The Major Minor Collective. Un album original et rythmé, entre post rock et stoner avec une pincée de vintage, où le chant est porté par des interprètes extérieurs choisis par le groupe.

L’opus s’ouvre avec Here’s to magic et son petit côté western, un morceau alternant entre chant clair et chant crié qui propose beaucoup de rythme dès les premières mesures. Les titres s’enchaînent ensuite, l’ensemble avec beaucoup de cohérence. La palette large des interprètes permet cependant ici une diversité stylistique très intéressante.

Certains morceaux posent des rythmes lourds aux accords discordants. C’est notamment le cas de Corrina Corrina, Catch me if you can ou encore Holy Ghost, dont le timbre rocailleux de Jon Harvey tend vers des sonorités plus rock.

Les voix féminines proposent quant à elles des rythmes plus blues. Le timbre de Leah Wellbaum pousse du côté jazzy avec Beach seduction, tandis que Lzzy Hale pose ses accords rauques et puissants sur Rebel, un morceau plus slow.

D’autres titres sont plus survoltés, et lorgnent clairement du côté du métal. Dans cette veine, on retrouve entre autres Too soft to live and too hard to die, qui commence comme un jeu vidéo, ou encore Multidimensional Violence et le chant crié de HJELVIK.

Dernier titre chanté, Blind riders se joue sur des rythmes plus lents aux harmonies entêtantes.

L’album se clôt sur deux morceaux instrumentaux. Le très bref Again and again propose une transition étonnante, où résonnent carillons et percussions lointaines. Song 12 bonus track fan édition termine joliment l’opus avec sa rythmique très stoner, qui résume parfaitement l’ensemble.

Cet album est donc une très jolie découverte !

NokomisM

NokomisM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *