Entretien avec Emma et Clément de Beneath My Sins

Bonjour, et merci de prendre quelques minutes pour répondre à mes questions. Est-ce que vous pouvez tout d’abord vous présenter et nous expliquer ce que vous faites dans Beneath My Sins ?

Emma : Je suis cofondatrice et chanteuse de Beneath My Sins. Nous avons fondé le groupe avec Clément Botz , guitariste/compositeur, en Décembre 2015 et nous nous sommes définis à ce moment-là comme groupe de metal symphonique. Aujourd’hui, au fur et à mesure que nous avançons dans la musique, nous ressentons le besoin de nous diversifier en intégrant l’acoustique et le folk comme style à part entière de notre projet.

D’où vient le nom du groupe ?

Emma :  Le nom pourrait être interprété comme une invitation à la découverte des émotions humaines. “Beneath” suppose de soulever un voile pour découvrir quelque chose et “Sins”, qui est un mot très fort, se réfère à ce qui fait de nous des êtres humains.

Clément, comment en es-tu venu au metal, à la fois en tant que fan et en tant que musicien ?

Clément : Les deux sont en fait venus ensemble. J’ai une formation plutôt “classique” de base, ayant appris la clarinette au conservatoire. J’ai découvert le mélange symphonique et Metal à l’adolescence, avec des groupes comme Nightwish, Sonata Arctica et Apocalyptica. Cela m’a tout de suite beaucoup séduit et m’a convaincu d’apprendre la guitare ! J’ai ensuite découvert un peu tout le spectre du Metal, qui est devenu mon style de prédilection, tous mélanges de styles confondus.

Comment définirais-tu la musique de ton groupe Je vous connais un peu jusque maintenant vous faisiez du metal symphonique, or le nouvel album propose des ambiances folks. Changement d’orientation ou simple plaisir musical ?

Clément : Pour être tout à fait transparent, c’est un petit peu la question du moment ! Au départ, c’était effectivement simplement un petit plaisir musical, une petite aventure acoustique. Mais on s’est pris au jeu, et l’exploration de ces styles acoustiques, folk, traditionnels nous a beaucoup plu. De fait, je pense que l’on va maintenant garder ces deux aspects dans nos compositions futures. Soit nous les mélangerons complètement, soit nous aurons un petit peu deux “identités” musicales distinctes, qui produiront des albums d’ambiances bien  différentes.

An Acoustic Journey est le nouvel album du groupe. Comment s’est passée son écriture ? N’est-ce pas trop dur de changer de registre musical comme cela, le temps d’un album ?  Comment avez-vous travaillé dessus ? L’ajout de la flûte est une grosse nouveauté d’ailleurs.

Clément : Nous avions déjà adapté certains de nos titres en acoustique, notamment pour du live. Il se trouve qu’entre temps, j’ai pris des cours d’instruments traditionnels (notamment avec Matteo Sisti d’Eluveitie), ce qui m’a permis d’ajouter un côté beaucoup plus folk et traditionnel à nos compositions. Après avoir fait quelques tests concluants, et sans espoir de concerts cette année, on s’est lancé là-dedans. Cela n’a pas du tout été “difficile” de changer de registre musical, au contraire. Emma y est encore plus à l’aise car il y a plus de place pour le chant, et niveau composition, nous aimons particulièrement explorer de nouvelles choses. La difficulté pour nous est plutôt de faire un album cohérent, qui ne part pas “dans tous les sens”, si j’ose dire !

 

Où trouves-tu l’inspiration quand il s’agit d’écrire de la musique ?

Clément : Je dirais maintenant après de nombreuses années à la chercher, que je ne trouve pas l’inspiration, mais qu’elle vient à moi dans des conditions… aléatoires. De fait donc, je me discipline à composer très régulièrement. Quand l’inspiration se “manifeste”, je ne la lâche plus, quitte à y passer la nuit ! C’est souvent comme ça que se sont écrits les morceaux que j’affectionne le plus.

Emma, quelle est ta piste préférée de l’album, et pourquoi ?

Emma : Dans mon top 3 je mentionnerais “Kick Me Out”, “The Choice” et “The Other Half of Me”.  Si je prends “The Choice” comme piste préférée, je dirais que c’est parce qu’elle est très riche et pleine de nuances. Une autre raison est le fait qu’elle ait représenté un enjeu technique pour tous les musiciens. Par exemple, Clément a dû se perfectionner au piano bien se l’approprier et notre bassiste a dû reprendre le saxophone qu’il avait mis de côté depuis plusieurs années. Pour ma part, c’est vraiment le travail technique qui m’a permis d’apporter le plus de nuances possibles dans ce morceau.

Comment as-tu travaillé le dessin qui orne An Acoustic Journey ? Il est poétique et invite au voyage…

Emma : L’artwork a été réalisé par Mickey de Mythrid Art. A travers plusieurs groupes et plusieurs labels, j’avais déjà  pu observer son travail et j’ai été voir sur son site toutes les réalisations. Je me suis rendue compte que sa sensibilité artistique me parlait totalement et que ses œuvres retranscrivaient parfaitement les textes et la musique de Beneath My Sins. L’artwork de “An acoustic Journey” est à la fois sobre et apaisé mais aussi catchy et charmeur. Selon moi, il représente à 100% le contenu musical de cet album.

Fly Raven Fly et The Other Half of Me sont déjà sortis pour soutenir l’album. Ces deux clips sont poétiques et apaisants, à l’image de l’album. Comment se sont déroulés les tournages ? Et où as-tu trouvé des lieux aussi enchanteurs ?

Emma : Le tournage de ces deux clips s’est à notre grand soulagement très bien passé. Lorsque nous avons décidé de sortir un album acoustique, je vivais déjà en Sardaigne depuis quelques mois. Je suis partie en Octobre 2020 et suis revenue juste après la semaine de tournage en Mai 2021. En cette période, la France et l’Italie ont subi plusieurs vagues de confinement, de restrictions de déplacement et nous ne savions pas en Mars, lorsque nous avons décidé de tourner en Sardaigne, si les vols allaient être rétablis en Mai. Je crois que parfois, il faut simplement y croire et nous avons donc avancé en partant du postulat que si, le tournage aurait bien lieu. De mon côté, avec l’aide de mon compagnon , j’ai rencontré un réalisateur et j’ai fait du repérage quant aux lieux éventuels de tournage. Même le jour du départ, nous n’étions pas certains que les garçons réussissaient à passer la frontière. Aujourd’hui nous nous demandons comment tout à pu si bien se passer mais nous sommes ravis du résultat.

Quand et où pourra-t-on voir Beneath My Sins sur scène ? Et quel type de set prévoyez-vous ?

Emma : Vous pourrez voir Beneath My Sins sur scène aux côtés de Imperial Age du 7 au 16 Janvier 2022 en France avec Paris Lyon, Toulouse, Montpellier, en Espagne et au Portugal. Des dates en Allemagne seront également bientôt annoncées.

Clément, 2021 a été très riche en sorties d’albums. Quel serait ton album de l’année ?

Clément : J’avoue avoir plus profité de l’année pour découvrir les “classiques” que je ne connaissais pas encore que les nouveautés. Ceci dit, l’album “Final Days” d’Orden Ogan serait je pense mon album préféré de l’année, parce qu’il a réussi à me surprendre !

Merci pour vos réponses et à bientôt au détour d’un concert !

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *