Les clowns suédois d’Avatar sont de retour sur le devant de la scène avec un nouvel album, après le succès mondial d’Avatar Country. Proposant un heavy bien senti, porté par des guitares talentueuses, le groupe s’appuie également sur le chant et le charisme de son chanteur, Johannes, pour séduire les foules. Et au-delà des costumes, le groupe a vraiment quelque chose de rafraîchissant à proposer au public, qui à chaque nouvelle sortie est un peu plus conquis. Ce Hunter Gatherer, qui semble marquer un tournant dans la carrière du groupe, va-t-il également nous en mettre plein la vue ?

Silence In The Age Of Apes entame directement les hostilités et le groupe clairement n’a pas envie de lésiner. Des grosses guitares, une batterie omniprésente par sa puissance et son plus brut, plus saccadé de la part de Johannes. Le groupe semble effectivement prendre un tournant plus sombre, proposant un son plus brutal à son public. Colossus reste dans la même veine avec une introduction lourde, tout comme le couplet, alors que le refrain met en avant le chant clair, tout en gardant une composition musicale plus prenante. Exit le côté festif pour cette fois, le groupe a clairement envie de se diriger vers un son plus sombre. Et pourtant A Secret Door me fait mentir, avec son couplet poétique, mais le refrain vient ajouter ce qu’il faut de dynamique pour enflammer les pits. On enchaîne avec une composition purement heavy sur God Of Sick Dreams, tout en gardant une lourdeur des guitares assez proche du Black. L’ensemble est vraiment intéressant en tous cas. On garde une rythmique rapide avec Scream Until You Wake. Les instruments sont puissants et on en prend clairement plein les oreilles de bout en bout. De nouveau l’assemblage entre la musique et les deux tonalités de voix de Johannes est juste impeccable.

Child débute de manière très dark, puis tout à coup on se retrouve avec une petite comptine en chant clair, avant que le scream ne refasse son apparition. La berceuse parfaite pour nos enfants ! Justice revient à des choses plus classique avec dès l’intro une batterie surpuissante, vite rejointe par les guitares. On retrouve le côté à la fois enjoué et sombre de cet album. Clairement le groupe a une rage supplémentaire à exprimer et rien ne semble vouloir les arrêter… On passe ensuite sur une ballade qui prend aux tripes avec Gun. When All But Forces Has Failed se fait de nouveau plus brutal et clairement cette chanson est bâtie pour la scène : rythme très rapide, scream puissant, le public va s’en donner à cœur joie dans les pits. Une des meilleures pistes de l’album selon moi. La conclusion se fait sur Wormhole, chanson assez bizarre avec des ritournelles de guitare entêtantes, une voix off faisant à un moment le récit concluant l’ensemble.

Avatar ne donnent clairement plus dans le registre clowns désormais, mais proposent une musique plus sombre, intense, prenante. Ce Hunter Gatherer est une petite tuerie musicale et il faut le dire Avatar parvient encore à surprendre son public, pour le meilleur !

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *