Staiph, compositeur du très regretté Eths, est de retour sur le devant de la scène avec l’EP de son nouveau projet, 6S9. Ne vous attendez pas à une redite de ce que faisait son groupe précédent : ici il nous propose de l’électro indus à la Rammstein. Eh oui, cela peut surprendre mais pourtant cela fonctionne bien comme vous allez le voir.

Midnight Run 2.0 ouvre l’EP de manière on ne peut plus efficace : un son intrigant, lointain, puis toute la puissance brute de l’électro vient prendre place. Parfaitement ryrhtmé, doté d’un ensemble de paroles lointaines mais pourtant très prenantes. Le refrain s’accélère pour notre plus grand plaisir ert la chanson fini comme elle a commencée. Uprising se fait plus militaire au niveau de son tempo, où la boite à rythme est bien présence. Ajoutons que cette piste offre la présence de rien de moins que Les Tambours du Bronx et cela donne encore une autre dimension au morceau. A la fois groovy et puissant, c’est un véritable soulèvement auditif qui nous submerge. Yakusa qui vient ensuite nous propose d’écouter Amalia Piavoso, aperçue dans The Voice. La combinaison de sa voix sur un son assez cyber passe parfaitement à l’oreille. L’une des meilleures pistes de l’EP selon moi. On enchaîne avec Path Of Dawn, plus planant, plus atmosphérique, avec en plus des sonorités arabes qui viennent se mêler agréablement à l’ensemble tandis que la voix se pose à la manière d’un zouk. Mélange qui sur le papier peut sembler surprenant mais qui pourtant fonctionne merveilleusement bien. C’est à Ishtar que revient la lourde tâche de conclure l’EP. Avec la participation de Renato, chanteur de Trepalium et de Flayed. De nouveau on a affaire à une chanson énergique, prenante, dansante. Clairement Staiph sait ce qu’il fait en termes de musique et on ne peut qu’apprécier la démonstration juste impeccable de son talent.

Après avoir fait ses preuves dans le metal extrême avec Eths, Staiph nou démontre également qu’il peut parfaitement changer de cap et se diriger vers l’électro-indus et nous proposer un son tout aussi jouissif. As Above So Below est juste impeccable de bout en bout et une fois passé la surprise première on prend vraiment son pied à l’écoute…

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *