Lorsque nous étions morts – Mathieu Guibé

La collection Naos des éditions ActuSF est dédiée au young adult et ce n’est pas Lorsque nous étions morts qui va me faire mentir. Ce roman vampirique, écrit de main de maître par Mathieu Guibé est un modèle du genre « vampire romantique ». Cela peut surprendre de me voir lire et chroniquer ce type de roman, mais je vous assure que la plume de Mathieu Guibé vaut vraiment de détour.

Lassé de l’existence et de la société, Lord Josiah Scarcewillow se complaît dans un quotidien vampirique où les meurtres sont devenus banals. Pourtant, sa rencontre inattendue avec Abigale va le pousser à reconsidérer sa condition de non-mort et ravive sa curiosité envers le vivant. Son âme réanimée, sa nature monstrueuse n’en est pas pour autant altérée ; il est prêt à tout pour retrouver cette jeune fille que l’éternité ne saurait effacer. À tout, même à une pluie de cadavres.

De prime abord disons-le, ce roman m’a intrigué, puis sa première partie m’a clairement inquiété. Je trouvais cela excessivement facile cette histoire d’amour entre un vampire et une jeune fille, trop de guimauve pour moi et j’ai failli arrêter ma lecture. Mais une fois le roman fini je comprends mieux la nécessité qu’avait l’auteur de nous faire passer par ce biais. Car ce roman est une gigantesque histoire d’amour bien entendu, mais émaillée de péripéties que je n’ai pour le coup pas vues venir et cela m’a franchement ravi. Scénaristiquement nous avons clairement affaire à quelque chose d’étonnant au fil des différentes parties, mais également classique. Mathieu Guibé parvient à merveille à mêler les deux et à nous en donner pour notre argent.

Le roman tourne autour de deux protagonistes essentiels : Josiah et Abigale. Les deux amoureux sont impeccablement construits par l’auteur, qui nous emmène sur leurs traces avec talent. Clairement le public de ce roman s’identifiera à l’un ou à l’autre avec facilité tant leur psychologie et leurs réactions sont évidentes et « normales ».

Mais ce qui est le plus agréable avec Mathieu Guibé c’est sa plume. Décrivant comme personne les tourments émotionnels de ses protagonistes, décrivant avec poésie les lieux, les actions, pour nous ravir toujours plus devant cet enchaînement de mots opportun à chaque fois. Mais malgré cette précision stylistique il parvient à rester fluide et à laisser au lecteur la part d’imaginaire que je trouve nécessaire dans tout roman. De l’excellent travail de sa part !

Mathieu Guibé a su me prendre à contrepied avec une histoire qui n’était pas si classique que ce que je m’attendais à trouver, ses twists scénaristiques parvenant à transformer ce roman jusqu’à la dernière page. Lorsque nous étions morts est donc une très belle histoire, même si clairement, pour moi, destinée à un public young adult ou alors fan de vampire romantique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *