Entretien avec les membres de Volker

Chaque sortie d’album de Volker c’est un peu comme une nouvelle découverte pour moi. Après Dead Doll et S/T, c’est l’excellent Taste Of The Dead qui sort dans quelques jours chez Musikö Eye. Et comme à chacune de leurs nouveautés eh bien je n’ai pas pu m’empêcher de leur poser quelques questions !

Bonjour, et merci de prendre ces quelques minutes pour répondre à mes questions. Est-ce que vous pourriez tout d’abord vous présenter et nous expliquer ce que vous faites dans Volker ?

Ulrich : Je suis guitariste.

Manu : Bassiste.

Alex : Guitariste.

Jenny : Chanteuse et David à la batterie, il arrive…

Est-ce que vous pouvez m’expliquer comment s’est formé Volker ?

Ulrich : Manu et moi à l’origine souhaitions faire autre chose que le groupe dans lequel nous jouons également tous les deux, Otargos, histoire de varier du metal extrême, avoir un projet un peu plus rock. J’ai préparé quelques morceaux car c’était un peu nouveau pour nous car après quinze ans à n’écrire que du black cela a demandé un effort différent de passer sur ce projet. On a travaillé et à un moment Jenny a entendu ce qu’on était en train de préparer et elle s’est proposée. Elle a amené son côté creepy et horreur, et on a continué.

Et pourquoi est-ce que tu as été intéressée par le projet au départ ?

Jenny : En fait j’étais dans un autre groupe de death indus et je ne pratiquais pas le chant clair et là j’avais envie de m’adonner au chant clair. Donc le projet Volker m’a plu et était dans cette veine. Et le fait de pouvoir travailler sur l’univers de l’occulte, de l’horreur m’a beaucoup plus également. Mon approche leur a plu et on a travaillé ensemble.

Ulrich : On avait pas ce recul là et quand on a entendu le chant dessus on a dit OK. On a finalement fait très rapidement l’EP et on a lancé le truc un peu au hasard mais ça a plu.

Concernant ce nouvel album, pourquoi cet artwork, très film d’horreur des 70’s ?

Ulrich : Car il correspond parfaitement au thème, aux textes et à la musique. Ce côté illustration est plus personnel que des photos ou autres, et rappeler le côté Conte de la Crypte nous plaisait. C’est Thomas Bourdon qui s’est occupé de la réalisation graphique. On lui a proposé le concept puis son retour nous a convenu.

Cela veut dire que l’univers graphique des futurs clips sera le même ou pas ?

Manu : Oui car c’est un ensemble, pour nous. On reste dans le même registre.

Ulrich : On a reçu le clip hier (il est sorti depuis – NDLR) et on a essayé de passer un cap encore par rapport à avant donc on vous laissera apprécier…

Et est-ce que ce n’est pas dur de passer devant la caméra alors qu’on est habitué au studio et à la scène ?

Alex : Si c’est très dur, il faut se mettre dans sa bulle. Clairement on est seuls face à la caméra avec une dizaine de personnes qui regardent et qui jugent, on recommence dix fois. On est pas acteurs donc c’est dur, il n’y a pas le retour du public que l’on a sur scène…

Et là sur Taste Of The Dead, comment vous avez travaillé ?

Ulrich : Comme depuis le début du groupe. Je m’occupe de la partie musique, je propose au groupe qui ensuite fait ses arrangements, et quand le morceau est validé Jenny place son chant dessus. Elle propose une idée de mélodie puis elle travaille le texte. David va ensuite travailler son jeu de batterie car je n’ai qu’une version light, Manu et Alex font de même.

Où est-ce que tu trouves ton inspiration pour les paroles ?

Jenny : Dans ma tête…

Permets-moi de te dire que ça fait peur ! (rires)

Jenny : En fait oui comme je regarde pas mal de films d’horreur et pour cet album je me suis imaginé plein de petits idées comme des BD, et ça m’a inspiré les textes. J’ai fais une liste des thèmes et personnages et en écoutant les morceaux je me suis dis tiens là ça collerait pas mal tel truc ou tel autre. Par exemple Surfer Werewolf parle d’un loup-garou etc… Je rends aussi hommage à Elvira qui est une figure emblématique du monde de l’horreur.

Justement, c’est quoi votre chanson préférée à chacun sur cet album ?

Manu : Personnellement moi j’adore Mein Lieber Metzgermeister.

Jenny : C’est le seul qui arrive à le dire.

Manu : J’aime le côté bluesy et l’histoire qui est racontée.

Jenny : En choisir une c’est dur, mais je dirais Bloody And The Beast.

Alex : Moi j’aime beaucoup Mein Lieber Metzgermeister également.

David : Moi je préfère Zombie Strippers.

Ulrich : Moi ça serait Rock With The Bogeyman.

Un mot chacun pour définir l’album ?

Ulrich : Brain

Alex : Zombie

David : Creepy

Manu : Tombe

Jenny : Horror

Du coup avec ce nouvel album qu’est-ce qui va changer sur scène pour Volker ? C’était déjà un show, mais avec cet univers renouvelé…

Ulrich : On va travailler les décors de scène, changer les couleurs.

Jenny : Plus dans les vert-violet…

Manu : Après c’est vrai que l’on a fait que trois concerts avec ce line-up donc on va aussi voir comment les choses évoluent.

Ulrich : On va travailler tout ça de toute façon.

Manu : Le vrai show sera au MusikÖ Eye Fest en avril donc venez !

Et vous êtes impatients de voir comment l’album sera reçu, à la release du 9 février ?

Ulrich : Très clairement ! (Au moment de l’interview un seul morceau était en écoute) Un seul morceau est sorti pour le moment donc on a hâte d’avoir des feedbacks. Et sur la release on va en dévoiler plus sans pour autant jouer l’album complet.

Question loufoque : vous êtes tous coincés sur une île déserte, rien à manger ou à boire. Vous mangez quel membre du groupe en premier ?

Manu : Ulrich, c’est le plus gros, y a pas les cheveux à enlever, nan c’est simple ! (rire général).

C’est quoi votre pire souvenir sur scène ?

Ulrich : Manu je sais, c’est tout vu…

Manu : Ouais, un concert avec un abruti derrière la table qui se disait ingé son mais n’était rien du tout si ce n’est un c*n qui nous a saboté le concert. Au bout du quatrième morceau je suis descendu de scène, devant tout le public, et je suis allé le voir et l’ai insulté. Du coup on a joué quatre chansons et demie.

Jenny : Punish à Bordeaux.

Ulrich : Ah oui en effet. On avait un nouveau batteur qui a fait la transition entre John et David, et sous le stress du feu de la rampe il a perdu ses moyens et a réalisé un carnage musical…

Merci à tous pour vos réponses et RDV le 9 au Klub pour la release !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *