White Sands T1 – Brandon Sanderson, Rik Hoskin & Julius Gopez

Brandon Sanderson est un nom bien connu des amateurs d’imaginaire depuis le succès de Fils-des-Brumes et de ses autres romans en France (oui, je suis un grand fan de cette série), et donc lorsque j’ai vu que Graph Zeppelin sortait un comics écrit par lui, je n’ai pu m’empêcher de me jeter dessus de manière avide. Graph Zeppelin a pour habitude de proposer des albums de grande qualité technique et scénaristique, et en ajoutant l’univers de Cosmere de Brandon Sanderson à l’ensemble, on ne peut se retrouver qu’avec une recette qui fonctionne !

Sur la planète Taldain, les légendaires Maîtres des sables ont le pouvoir de manipuler le sable de manière spectaculaire. Mais quand ils sont massacrés dans le cadre d’un sinistre complot, le plus faible d’entre eux, Kenton est le seul survivant. Du moins, c’est ce qu’il pense. Alors que les ennemis l’assaillent de toutes parts, il constitue une alliance improbable avec Khriss, une mystérieuse jeune femme issue du côté obscur…

Scénaristiquement cet album est une petite pépite dans laquelle on retrouve totalement le grain de magie que Brandon Sanderson arrive à placer dans tout ce qu’il produit. Et l’utilisation de cette formule est volontaire puisque cette fois c’est le sable qui va être au cœur de la magie de Taldain. L’auteur nous propose donc une nouvelle fois un système magique assez inédit pour être prenant et intriguant. Les paysages désertiques, une aventure étonnante et un héros assez atypique sont la clef qui va permettre aux auteurs de nous proposer une histoire de grande qualité. Suivre les aventures de Kenton et notamment sa rencontre avec Khriss nous permet de comprendre petit à petit l’ensemble des ramifications de cet univers de Cosmere développé par cet auteur de génie. Le fait est que ce premier album donne sans conteste envie de se plonger dans les deux suites pour le moment publiées en anglais et dont je ne doute pas que Graph Zeppelin se fera le traducteur en France.

Le graphisme de cet album ne correspond pas totalement au style plus épuré que j’affectionne mais je dois dire que Julius Gopez parvient à rendre parfaitement le côté blanc, inquiétant, immense et neutre de ces étendues de sable dans lesquelles est obligé de voyager Kenton. Et en même temps les tâches de couleurs de la vie humaine sont également parfaitement retranscrites et les deux pendants se mettent en valeur mutuellement, ce qui est très agréable.

Ce premier tome de White Sands est un petit bijou de réalisation tant scénaristique que technique, et l’on sent bien la patte inimitable de l’auteur sur l’ensemble. Cette série est clairement quelque chose à suivre et nous n’allons pas nous en priver, soyez-en certains !

White Sands T1
Brandon Sanderson,
Rik Hoskin & Julius Gopez
Graph Zeppelin
2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *