Accueil / Geeks / MEGA, Le 5ème Paradigme / Écran et Scénarios – Didier Guiserix
Bannière Institut de la Musique

MEGA, Le 5ème Paradigme / Écran et Scénarios – Didier Guiserix

L’écran de MEGA, sorti en même temps que le livre de base, est en quatre volet portrait et carton rigide. Là encore, l’éditeur prend des risques pour soutenir son jeu.

L’illustration de la face présentée aux joueurs est une extension de la couverture du premier ouvrage. La partie MJ est, classiquement, un résumé des tables intéressantes pour fluidifier le jeu. Les deux pages centrales sont la reprise pure et simple des documents présents dans les aides de jeu et présentent les difficultés, les résultats de tests et les dégâts. Le Volet tout à droite rappelle la gestion des PNJ et les soins, et celui tout à gauche est orienté « structures » (résistance et types de dégâts qu’elles peuvent subir) ainsi qu’un rappel de la séquence de combat.

Le choix de la cohérence graphique de la gamme au détriment d’une scène évocatrice n’est pas vraiment à mon goût et le choix des tables semble approprié, on est en terrain connu pour ce type d’objet.

Le livret d’accompagnement affiche une couverture sombre mais les anciens lecteurs de Casus Belli reconnaîtront… le trait caractéristique de Rolland barthélémy ; un de mes illustrateurs préférés. La première bonne idée tient en deux pages : des conseils d’utilisations des tables de l’écran pour aider les joueurs débutants.

Le suite de l’ouvrage se découpe en trois scénarios de taille et de complexité croissante. Chacun reprend un des bonnes idées du livre de base, à savoir l’encart de présentation qui indique au meneur de jeu les recherches à effectuer pour préparer son scénario.

La première aventure propose une ambiance steampunk entre Sherlock Holmes, les sociétés occultes et les Arcanes de Midi Minuit. Ambiance victorienne et automates sont la toile de fond d’un règlement de compte. Quelques scènes vont s’enchaîner avec un clin d’œil aux geeks informaticiens.

La seconde est d’un tout autre format. C’est un bac à sable dans une ambiance médiévale avec complots, traîtres et situation explosive. Honnêtement l’issue sera joueurs-dépendante et si vos camarades de jeu ne sont pas un peu débrouillard, cela risque de mal se passer car l’histoire est loin d’être aussi évidente que les faits ne le laissent penser. Tout cela sans révéler l’existence de la guilde et de l’assemblée galactique.

Le dernier scénario est le plus long et présente plein d’aspects de MEGA. L’ambiance de base est un médiéval écossais sur fond de mariage clanique qui demandera de s’intéresser aux personnages non joueurs et à leurs problèmes… une fois les motivations cernées, l’aventure s’accélère. J’ai bien aimé lire cette aventure qui me semble riche en terme de jeu et de rebondissements futurs. La fin fera plaisir aux fans d’ambiance pulp.

Pour résumer, un supplément intéressant pour les meneurs de jeu (qui n’a pas pleuré la non-sortie d’un écran pour son jeu ?) et trois aventures de durée et de difficulté variables qui leurs permettront de jouer rapidement et de présenter différentes facettes de l’univers de MEGA.

Eldricht Tales

A propos de Raven

Rôliste depuis 1989, joueur de jeux de plateau, de figurines, fan de littérature fantastique et de science fiction, pratiquant d'arts martiaux et lecteur d'ouvrages de philosophie je suis l'assemblage improbable d'éléments de pop culture, de culture chinoise et de la multitude d'études et de formations que j'ai eu l'occasion de suivre (économie, statistiques, finance, informatique, diététique, histoire, planétologie, oncologie, etc.) et de les mettre en application dès que l'occasion se présente. Je suis un mercenaire du jeu de rôle. Amateur ou (semi) pro. Relecteur (pointilleux souvent), auteur (parfois) et testeur (occasionnel).

Lisez aussi

Face au dragon – Isabelle Bauthian

  Polyxène est une jeune femme qui arrive très vite aux bonnes conclusions. Pourtant, confrontée …

Pandemic – La Chute de Rome – Filosofia/Edge France

Pandemic. Voilà une série de jeu à succès qui a vu son concept décliné. Après …

2 commentaires

  1. Perso j’aimerai que l’on explique cette phrase en introduction svp ?

    « Là encore, l’éditeur prend des risques pour soutenir son jeu. »

    Je la trouve particulièrement putaclic et pas forcément objective.
    Merci d’avance.

    • C’est assez simple en fait :
      * l’éditeur met SON argent sur la table et ne délègue pas à un financement participatif l’existence de l’écran ;
      * il fait le choix d’un écran rigide et pas d’un truc souple ;
      * et surtout, l’écran sort tout de suite et n’attends pas 2 ans histoire de voir si le livre de base se vends.

      Ce qui, dans le paysage éditorial actuel, n’est finalement plus le cas si souvent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *