Les français de Death Awaits fêtent cette année leurs vingt ans de carrière, et quoi de mieux que de le faire avec un nouvel album ? Logiquement intitulé XX, celui-ci propose aux fans neuf nouveaux morceaus, et un certain nombre de featurings de qualité. Petite plongée dans leur musique en urgence, vu que le death n’attend pas !

Les français attaquent directement avec Worship et son clavier rythmé, poursuivi par la batterie, qui ouvre parfaitement l’album. Les guitares prennent le relai et on se trouve face à une excellente première piste. Parfaitement rythmée, technique à souhait et dotés d’un chant guttural impeccable on redécouvre le groupe à son meilleur. Sever Again ouvre le bal des featurings et de belle façon puisque l’on retrouve Julien Truchan, chanteur de Benighted. Une chanson efficace, faite pour headbanguer. On ne s’ennuie pas, le rythme est rapide, le double-chant passe parfaitement et semble presque naturel. Grimo de Cytotoxin est présent lui sur la chanson suivante, également très rythmée mis donnant une sensation plus apocalyptique que précédemment The Beast Within est une excellente chanson et l’on sent que le groupe a été inspiré au moment de concocter cet album. La petite ritournelle au début de Uprooted est excellente : un bel exemple de ce que Death Awaits fait de mieux avec cette chanson, une fois de plus. Nouveau featuring ensuite avec Renato Di Falco, chanteur de Trepalium et des Tambours : ça envoie bien, ls riffs sont accrocheurs et les deux vocalistes assurent comme à leur habitude. Angel of Mercy est une excellente chanson, c’est certain et elle marque déjà la moitié de l’album.

Nouveau feat avec cette fois Eris, chanteur du groupe de deathcore Caligula. Claws of Bigotry propose un son plus proche du deathcore d’ailleurs, avec cette mélodie sous-jacente associée à une violence impressionnante sur certaines phases. Un excellent moment d’écoute. C’est ensuite le chanteur de Black Bomb A, Arno, qui vient poser sa voix sur une des pistes de l’album, Incuria Sui. Petite litanie de piano très rapide pour ouvrir la chanson avant que le groupe ne s’en donne à cœur joie. Sedition Charges reste dans la même veine avec une lourdeur des guitares et du chant encore plus poussée qu’auparavant. Et enfin Nomophobic conclut l’album sur un featuring avec Riley Mcshane de Allegeon. De nouveua deux chanteurs pour une piste efficace, prenante et rythmée comme on aime.

Death Awaits fête ses vingt ans en proposant aux amateurs de death metal un album d’une qualité impressionnante. Proposant des compositions de qualité, des featurings très réussis et une qualité de son impressionnante, ce XX est un bel exemple de ce que le death français a à offrir !

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de cultures alternatives, Thomas dirige eMaginarock depuis 2008. Editeur, photographe, anthologiste, graphiste... ses casquettes ont été nombreuses dans sa vie, un peu comme un chapelier fou, mais avec toujours une ligne directrice qui s'est dégagée : faire découvrir les univers qu'il aime aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.