Quatuor originaire du Royaume-Uni proposant un mélange de post-black et de doom, Conjurer propose à ses fans un nouvel album, Pathos. Huit nouvelles pistes, puissantes et intenses, qui sont là pour nous ravir les oreilles.

Ce troisième opus attaque fort d’entrée de jeu avec It Dwells. Dès le départ cette piste monte le niveau d’émotion que nous délivrent à la fois les guitares mais aussi les voix de Dan et Brady. Sept minutes d’un son qui nous prend et nous emporte. Personnellement dès cette première piste je suis tombé fan de la musique de ce groupe que je ne connaissais pas. Rot vient ensuite poursuivre le travail entamé : ambiance sombre et poisseuse, intensité musicale. De nouveau pendant six minutes l’auditeur va pénétrer dans un univers musical d’une complexité impressionnante. On continue avec All You Will Remember qui démontre une fois de plus, si tant est qu’il cela soit nécessaire, que le groupe regorge de talent. La composition est une nouvelle fois impeccable, cette voix claire qui nous parle sur la seconde moitié de la piste passe également très bien et ajoute une intensité émotionnelle supplémentaire. Basilisk reprend ensuite le flambeau pour continuer à nous faire vibrer avec une chanson assez courte, qui débute tout en douceur avant de gagner en puissance.

Those Years, Condemned entame la seconde partie de l’album. On y retrouve une introduction à la guitare assez douce avant qu’après une minute on se retrouve face à un quota émotionnel impressionnant délivré tant par les instruments que par les voix. Le tout porté par une ritournelle de guitare entêtante qui va venir nous prendre aux tripes. Piste étonnamment courte, Suffer Alone fait office d’OVNI au milieu de cet album : tempo très rapide, petit côté thrash-death des plus surprenants. Une bulle de speed au cœur d’un album intense. Puis vient In Your Wake et sa lenteur séduisante. De nouveau on ressent bien toute la technicité de la musique du groupe. Cette piste se fait plus Doom et sait délivrer un désespoir du plus bel effet. La conclusion de l’album vient avec Cracks In The Pyre. Cette dernière chanson joue une fois de plus sur l’intensité, sur l’émotion, afin de séduire le public. Le début de la piste est lente, prenante, avant de gagner en puissance, et j’ai été ému du début à la fin devant leur son si sombre…

J’ai découvert Conjurer avec cet album et je dois dire que j’ai été plus que séduite. Les britanniques parviennent à proposer un son intense, profond, délivrant des émotions brutes. Pathos porte merveilleusement bien son nom, proposant des émotions brutes, immersives. Un excellent travail musical de leur part qui donne envie de s’intéresser à ce qu’ils ont fait avant, et surtout à ce qu’ils sortiront ensuite !

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de cultures alternatives, Thomas dirige eMaginarock depuis 2008. Editeur, photographe, anthologiste, graphiste... ses casquettes ont été nombreuses dans sa vie, un peu comme un chapelier fou, mais avec toujours une ligne directrice qui s'est dégagée : faire découvrir les univers qu'il aime aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.