Fan de deathcore, je n’ai pas pu m’empêcher de jeter une oreille lorsque j’ai appris qu’un nouveau groupe parisien arrivait sur le marché. Inspiré par la culture japonaise, le quintet propose au public son premier EP, cinq titres qui vont avoir pour but de définir La Colère des Dieux, comme le signifie leur nom.

L’introduction de Sacrifice nous annonce quelque chose d’épique avec ce sample orchestral très réussi, presque épique. Dessus viennent se poser des guitares efficaces et mélodiques, une batterie sous hormones, et un chant guttural signé Yumi Kami qui fonctionne très bien. Dès la première chanson on prend une bonne claque dans la tête avec ce groupe. La musique du combo est un très bon deathcore mêlant intelligemment rage et mélodies. La suite avec Apocalypse Now, Not Later propose des guitares et des orchestrations qui donnent un côté épique au morceau, tandis que la voix nous met une grosse baffe. Très clairement le groupe a su s’inspirer de combos que j’adore comme Fit For An Autopsy dans leur manière mêler les sons. Ce petit break au clavier est d’ailleurs juste parfait au cœur de ce morceau. Confession a fait l’objet du premier clip du groupe. Une excellente piste qui de nouveau propose un aspect mélodique très fort combiné à la violence du core. De nouveau la réussite est complète pour les parisiens.

Human Nature propose un featuring avec Asmo et Hunter de Solar Eruption, groupe lillois de deathcore. Le combo vocal marche merveilleusement bien et personnellement j’ai adoré ce feat. La puissance sonore est énorme et donne un aspect épique à la chanson et notamment l’ajout des deux chanteurs. L’EP se conclue avec Wrath of the Gods qui a comme guest Ruy Miura, chanteur du groupe japonais Divinitist. On est donc pleinement dans le thème de nouveau l’alchimie fonctionne parfaitement. Les ambiances nippones que l’on retrouve ponctuellement sur cette piste sont elles aussi très réussies et ajoutent à la qualité du morceau.

Un premier EP qui a tout d’un grand succès. Les parisiens n’en sont, individuellement, pas à leur coup d’essai musical et cela se ressent. Très clairement il s’agit pour moi d’une énorme surprise, et qui s’est donc avérée excellente. Hakai est un point de départ assez impressionnant dont le seul bémol est finalement que le groupe ne joue seul que sur deux pistes sur cinq. Toutefois ne vous y trompez pas : si vous aimez le deathcore vous allez adorer de la première à la dernière seconde…

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de cultures alternatives, Thomas dirige eMaginarock depuis 2008. Editeur, photographe, anthologiste, graphiste... ses casquettes ont été nombreuses dans sa vie, un peu comme un chapelier fou, mais avec toujours une ligne directrice qui s'est dégagée : faire découvrir les univers qu'il aime aux autres.

Un commentaire sur “Hakai – Kami No Ikari

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.