Un second volume tout aussi captivant que le premier !

Lord Cochrane revient dans une nouvelle aventure, cette fois, au cœur de Paris.

Plus de dix ans que le marin le plus audacieux de tous les temps, le grand Lord Cochrane, a défait la terreur immémoriale et cosmique, le monstrueux Cthulhu. Parti libérer avec succès les Amériques et en route pour faire de même en Grèce, le célèbre héros écossais reçoit une missive de Champollion le Jeune qui le presse de revenir à Paris : l’un de ses amis a été assassiné et il serait en possession d’un manuscrit de la main même de Jules César prouvant l’existence de Cthulhu et révélant l’emplacement de la mythique R’lyeh. Il n’en faut pas plus pour que notre héros retrouve ses anciens alliés et se lance dans l’enquête. Oui, mais dans l’ombre se tapit l’Ordre des Catacombes, bien décidé à ce que certains secrets restent cachés….

J’ai été immédiatement happée par l’histoire. Dès les premières pages, l’auteur nous embarque dans un Paris du 19e aux rues inquiétantes. Nous y visiterons les lieux les plus funèbres de la ville, des cimetières jusqu’aux catacombes interdites…

C’est donc avec plaisir que l’on découvre, dix ans plus tard, la suite des aventures Lord Cochrane et du capitaine Eonet. Dans l’ensemble, j’ai retrouvé dans ce roman tout ce que j’avais apprécié dans le précédent.

Les deux héros sont égaux à eux-mêmes. Lord Cochrane reste extrêmement séduisant, passionné, impulsif et tête brûlée. Sa confiance en lui le rend parfois presque insupportable. Il est un peu trop parfait pour être réaliste, mais c’est un défaut qu’on lui pardonnera volontiers. Loïc Eonet, ami inébranlable et loyal, brille par son courage et sa fidélité.

Ce duo de choc traverse donc les mésaventures avec panache. Et des mésaventures… il y en aura. Car le moins que l’on puisse dire, c’est qu’à la lecture de ce nouveau tome, on ne s’ennuie pas ! Les protagonistes basculent d’aventures en retournements de situation, pour un ensemble qui ne manque pas de suspense. De Paris à La Rochelle en passant par Poitiers, le lecteur voyage à un rythme effréné, traversant les combats, déjouant les pièges, à la recherche du manuscrit de César…

Le tout se joue sur une atmosphère fantastique qui ne pouvait que me séduire. L’ombre de Cthulhu plane comme une menace sur le récit, convoquée sans relâche par les uns et les autres. L’auteur rend ici un très bel hommage à Lovecraft, transcendant parfaitement le mythe. Une fois de plus, sans jamais chercher à imiter Lovecraft, Villaroel plonge ses protagonistes dans cette ambiance effrayante si particulière aux nouvelles. Et c’est très réussi !

J’ai donc été totalement convaincue par ce second tome, et j’ai hâte de lire le prochain !

NokomisM

NokomisM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.