On revient dans l’univers Star Wars avec une saga qui va se dérouler en parallèle de la série La Lumière des Jedi, dont le premier tome met en place des évènements qui mettent en péril la galaxie. Une saga plus young-adult, mettant en avant un jeune padawan qui va devoir survivre à de nombreux dangers alors que son maître n’est pas là pour le soutenir. Un pitch qui finalement va proposer plus que ce que l’on en attend.

Tous ceux qui entendent l’appel de l’aventure n’ont pas forcément envie d’y répondre…
Le Padawan Reath Silas rêve de devenir un grand érudit et préfère lire les aventures des autres plutôt que d’en vivre lui-même. Cependant, son maître, la très respectée Jora Malli, a d’autres projets : elle a accepté une affectation sur le Flambeau Stellaire, le tout nouvel avant-poste de la République, situé aux frontières de l’espace connu. En tant que Padawan, Reath se doit de quitter Coruscant pour l’y rejoindre, que cela lui plaise ou non.
Mais suite à un dysfonctionnement de l’hyperespace, le transport qui devait le conduire à son nouveau foyer se retrouve bloqué au milieu de nulle part avec, pour seul refuge, une étrange station spatiale abandonnée. Les secrets qu’elle recèle vont non seulement obliger Reath à affronter son destin, mais pourraient également plonger la galaxie entière dans les ténèbres.

Dès les premières pages Claudia Gray nous plonge dans l’aventure avec un grand A. Le personnage de Reath Silas sympathique d’entrée de jeu va se retrouver au cœur d’une sorte de huis clos spatial assez intéressant. En effet Star Wars nous a plus habitué aux batailles spatiales, aux aventures des jedi, aux mystères de la Force. Mais se retrouver face à un padawan qui ne veut surtout pas vivre de grande quête, ni de bataille, est assez inédit. Et finalement assez plaisant car ce héros qui ne veux pas en être un va séduire le lecteur par sa candeur. L’aventure qui est ici proposée au lecteur est intéressante mais sans pour autant balayer les classiques du genre. Toutefois l’autrice parvient à distiller un petit grain de quelque chose qui va transformer un roman assez classique en page-turner. Difficile de savoir de quoi il s’agit exactement : les combats, les personnages, l’humour présent de manière régulière… Le fait est que même s’il est, sur certaines phases, un peu compliqué de s’y retrouver dans la temporalité (les flashbacks sont nombreux et peuvent perdre le lecteur), il est certain que nous plongeons plus facilement dans cette aventure que dans d’autres romans de la licence.

Finalement la seule différence entre les romans Star Wars adultes et ceux estampillés young-adult réside dans l’âge du protagoniste principal. Et pourtant cela n’est en rien gênant : Reath est attachant, possède une psychologie plus complexe que ce à quoi l’on s’attend de prime abord, et il parvient à séduire le lecteur. Claudia Gray va aussi nous proposer d’autres personnages issus de l’époque Haute République : les nihils notamment qui refont une apparition ici. L’un des avantages d’avoir un héros padawan est que les jedi ne pouvant tomber amoureux, on ne se retrouve pas dans une longue errance sentimentale dans ce roman et cela fait du bien. Les autres personnages sont finalement plus anecdotiques même si l’autrice prend le temps de les développer, on ne s’y attache pas vraiment.

Le style de Claudia Gray a l’avantage d’être efficace. Elle sait ce qu’elle fait dans cet univers étendu puisqu’il s’agit de son cinquième roman pour la licence et parvient donc facilement à plonger le lecteur dans son récit de manière fluide. On se prend totalement au jeu des aventures de Reath et je suis vraiment curieux de voir ce que la suite va nous proposer.

Pocket prend le parti, en 2021 et 2022 de proposer deux séries La Haute République qui avancent en parallèle. D’un côté La Lumière des Jedi, et de l’autre En pleines ténèbres qui viennent se compléter l’un et l’autre, s’imbriquer à tel point que je pense que les conclusions vont avoir des impacts l’une sur l’autre. C’est très intéressant de voir comment les auteurs qui y seront liés vont parvenir à faire évoluer leurs récits de cette façon, se nourrissant de l’ensemble de l’arc plutôt que de simplement le tome précédent. Cette saga de la Haute République est pour le moment réellement excellente et respecte totalement l’esprit de la licence que l’on aime tant. J’ai mis du temps à vous parler de ce premier tome, mais j’ai déjà dévoré le second et je vous en parle dans les jours qui viennent !

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de cultures alternatives, Thomas dirige eMaginarock depuis 2008. Editeur, photographe, anthologiste, graphiste... ses casquettes ont été nombreuses dans sa vie, un peu comme un chapelier fou, mais avec toujours une ligne directrice qui s'est dégagée : faire découvrir les univers qu'il aime aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.