Les + :

  • un univers original
  • un protagoniste attachant
  • des personnages secondaires intriguants
  • une ambiance horrifique réussie

Les – :

  • trop de scènes de bastons inutiles !
  • intrigue parfois brouillonne 

Souffrance, regrets, humiliations… les sentiments négatifs que ressentent les humains se transforment peu à peu en fléaux se cachant dans notre existence. Sévissant dans le monde entier, ils sont capables d’entraîner les gens dans de terribles malheurs et, parfois même, jusqu’à la mort. De plus, ces créatures ne peuvent être exorcisées que par un autre fléau. Lycéen ordinaire, Yuji Itadori est toutefois doté d’une force physique hors du commun. Un jour, pour sauver un ami attaqué par un fléau, il mange un des doigts du démon à deux visages, devenant à son tour un fléau. Dès lors, il partage son corps avec le démon…

Grand carton sur Crunchyroll depuis octobre dernier, Jujutsu Kaisen est une série à la Naruto, mais destinée aux plus âgés. Malgré une ambiance horrifique bienvenue et un humour bien maîtrisé, l’intrigue est parfois trop brouillonne et les scènes de bastons inutiles viennent perturber l’histoire. Cependant, deux choses nous font tenir.

D’abord, les personnages sont parfaitement développés et notamment le héros Itadori. Itadori est projeté malgré lui dans un univers qu’il ne connaît pas et qu’il va devoir apprendre à maîtriser. Après avoir mangé un doigt de démon (relique de classe S) pour sauver ses amis, le jeune garçon est physiquement changé puisqu’on peut potentiellement l’exorciser ! En effet, le roi des Fléaux est maintenant à l’intérieur de son corps et pourtant, il arrive à le maîtriser. Cela suscite la curiosité et l’intérêt de l’école d’exorcisme de Tokyo dont il devient un nouvel élève.

Ensuite, le personnage de Satoru Gojō est très intriguant. Enseignant, mais aussi le plus grand exorciste, son charisme, son pouvoir fascinant (capacité à modifier l’espace autour de lui) et ses yeux toujours bandés nous donnent envie d’en savoir plus et de suivre ses aventures. Sérieux, mais souvent drôle, il accompagne Itadori pour qui il se prend d’affection comme un petit frère. Leur relation est habilement développée.

Deuxièmement, le concept même des Fléaux retient notre attention. Cette idée qu’ils naissent en se nourrissant des émotions négatives des humains permet de faire un lien (visuel) avec l’urbanisation de Tokyo et dans une mégalopole, il y a de quoi se nourrir ! Il faut cependant attendre l’épisode 7 pour découvrir l’enjeu de cette saison : de nouveaux Fléaux semblent apparaître, capables de réfléchir, penser et parler comme des humains. Qui manipulent les Fléaux et dans quel but ?

Pas de cerveau…

Chers amis, vous n’avez encore rien vu !

Enfin, humour et fantastique sont bien dosés et l’ambiance horrifico-folklorique nous rappelle l’imaginaire foisonnant des Japonais. Les séquences d’horreur sont maîtrisées avec une tension palpable et notamment grâce aux mouvements très malsains des Fléaux.

CONCLUSION

Les 10 premiers épisodes de Jujutsu Kaisen ne sont pas incroyables, mais pas mauvais non plus. On a envie de suivre ces personnages et de mieux comprendre le fonctionnement des exorcismes et des Fléaux. Il faudrait cependant éviter la surabondance des scènes de bastons qui parfois prennent la moitié d’un épisode pour ne pas dire grand-chose au final.

A suivre…

Disponible sur Crunchyroll : https://www.crunchyroll.com/fr/jujutsu-kaisen 

Arwen

Arwen

Je m’appelle Marie et j’ai 29 ans. J’ai fait des études de cinéma pour devenir scénariste. J’ai travaillé entre autre pour des chaînes jeunesse et des productions de dessins animés. Egalement auteur jeunesse, j'ai publié 4 livres à ce jour. Je suis une passionnée de littérature et de cinéma bien sûr! Tout ce qui touche au fantastique (et à ses cousines Fantasy et Féerie) me parle tout particulièrement. Je développe actuellement mon premier roman pour la jeunesse!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *