J’ai découvert les petits gars d’Acheron Games grâce à leur magnifique projet Inferno – Dante’s Guide to Hell pour la 5e édition de l’ancêtre du JdR (dont j’attends d’ailleurs avec impatience la réception de mon KS ^^).

Et puis, vlatypa qu’ils sont également les géniteurs d’un autre setting, toujours pour DD5 : Brancalonia. Là, on change de registre et d’ambiance, car on se retrouve dans un univers de low-fantasy, dans une une Botte (comprenez l’Italie) teintée de fantastique. « Étonnant », fut ma première pensée. « Original », fut la seconde. Alors qu’aujourd’hui, avec le retour en grâce du JdR, et poussés par l’immense locomotive qu’est la cinquième itération de l’ancêtre de tous les jeux de rôle, les projets de campagnes fleurissent comme des champignons dans un sous-bois, il est évident que se démarquer des autres par le contexte est un plus indéniable.

Il me fallait donc savoir de quoi il retournait.

Je lui trouve un petit côté Bud Spencer, pas vous ? :)

Agate m’a gentiment fait parvenir le kit de découverte, dans lequel je me suis immédiatement plongé.

Une quarantaine de pages qui vont – succinctement évidemment – présenter l’univers dans lequel évolueront les joueurs (ici appelés Canailles) et certaines des spécificités et modifications des règles de mase (que vous jouiez avec DD5 ou Dragons).

Esthétiquement parlant, le livret est impeccable. En même temps, on reste sur le standard de qualité de Dragons, qui est très élevé.

Dans Brancalonia, il ne faut pas vous attendre à retrouver les classiques de la fantasy, avec des personnages propres sur eux et pétris de bonnes intentions (enfin, normalement ^^).

Non, ici, l’ambiance est plutôt sale et dépenaillée. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que les personnages sont des Canailles : ça veut tout dire. Des sans-le-sou, des repris de justice, des mendiants, des orphelins, etc. Voilà le genre de personnage au centre des aventures dans la Botte. Pas très reluisant ? D’un premier abord, non, en effet :) Mais c’est ce point de vue qui rend le jeu intéressant. L’idée de départ est plus celle d’un groupe à la Monthy Python que la Communauté de l’Anneau.

D’ailleurs, une des règles spécifiques présentée dans le kit a trait à la « mauvaise qualité », que ce soit celle de l’équipement ou de la magie. En effet, les PJ ne sont (au départ) décidément pas aidés. Leur équipement et la magie qu’ils peuvent pratiquer sont comme eux : faits de bric et de broc. Du coup, l’équipement est moins efficace et/ou peut se casser. La magie ? Les composantes sont de piètre qualité, certains sortilèges ne fonctionneront pas correctement ou auront des effets indésirables, etc.

Cela ajoute à l’ambiance décalée de l’univers, surtout si on y ajoute les règles de rixes présentées dans le kit.

J’imagine que tout le monde a au moins vu, une fois dans sa vie, un Bud Spencer & Terence Hill dans lequel les deux compères distribuent des baffes à tout le monde ? Et bien, c’est le but de ces règles : des bagarres où on casse tout, avec un système de coups (les gnons) dissocié de la perte de PV. Si vous voulez appuyer sur le côté humoristique de ces films vous aurez ainsi tout loisir de le faire.

D’ailleurs, dès le début du livret un chapitre entier résume les différentes ambiances que l’on peut donner aux parties de Brancalonia. Pour ma part, je pencherai plutôt pour de la dark & low Fantasy (cela correspond plus à ma façon de jouer) que pour un aspect plus comique, mais la force des JdR, c’est qu’on leur imprègne bien l’ambiance que l’on souhaite ;)

Les quatre pages consacrées à la présentation des différentes régions/provinces de la Botte sont annonciatrices du meilleur. Personnellement, j’ai tout de suite accroché ce qu’il m’y a été présenté. À la lecture, j’avais déjà des ébauches d’histoires qui défilaient dans la tête. Si ces régions sont aussi intéressantes que cette courte esquisse laisse à penser, ça risque d’être assez grandiose.

J’avoue. Même si j’étais au départ assez réticent sur l’originalité de l’ensemble, il est est désormais tout autre.

Au chapitre des points « négatifs » (notez la présence des guillemets, ces derniers n’ayant absolument rien de rhédibitoire dans tous les cas), deux détails : le scénario présenté dans le livre n’est pas d’une originalité folle. Il permettra certes de se placer dans l’ambiance et de tester les spécificités des règles (mauvaise qualité et rixes), mais il reste plutôt classique.

Je trouve d’ailleurs étonnant qu’il soit prévu pour des personnages niveau 3.

Il est également précisé dans le livre que les prétirés pour cette aventure sont disponibles sur la site d’Agate. Il s’avère que non. Il faut aller les chercher sur leur Discord. Cela dit, nul doute quant au fait de cette mise à disponibilité sur le site de l’éditeur au moment du lancement de la campagne sur Ulule début 2022 :).

Enfin, j’ai un peu de mal avec l’esthétisme donnée à la feuille de personnage. Je ne le trouve pas super claire (d’autant que la police utilisée n’est pas la plus heureuse, de mon point de vue). Cela dit, c’est purement subjectif ^^.

Quoi qu’il en soit, ce (magnifique) kit remplit parfaitement son office : donner envie. Car même s’il ne fait qu’effleurer l’univers de la Botte, ce dernier m’a l’air des plus originaux. Je suis convaincu que la lecture du livre de base confirmera cette impression, et j’espère une (des) campagne(s) pétrie(s) de la même originalité.

Brancalonia a tout d’un futur (grand) setting !

Philippe Pinon

Philippe Pinon

Trublion de presque 50 balais, touche à tout, autodidacte, tête de cochon. Après plus de 20 ans à effectuer un travail décérébrant, change de voie. Scribouillard, « traductier de l'impossible », il devient même éditeur (OVNI) en 2015 où il édite, accompagné de son associée et conjointe, romans et JdR. Mais ce qui le définit le mieux, c'est quand même le terme de "Gros Connard" (au grand cœur, malgré tout, pour ceux qui prennent le temps de fouiller au delà des apparences).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.