Accueil / Interviews / Entretien avec Emilie et Alex, membres de Gravity
Bannière Institut de la Musique

Entretien avec Emilie et Alex, membres de Gravity

J’ai profondément adoré Noir, le dernier album de Gravity dont je vous ai parlé il y a quelques temps via une chronique fleuve démontrant à quel point cet album DEVAIT être écouté. Devant mon état de fanitude absolu ils ont consenti à répondre à la masse de questions brouillonnes et fébriles que je leur ai envoyé. Un entretien qui permet de mieux les découvrir et de faire le point sur leurs projets également !

Bonjour, et merci de prendre quelques minutes pour répondre à mes questions. Est-ce que vous pourriez déjà vous présenter et nous expliquer comment vous en êtes venus à la musique et au metal ?

Emilie et Alex : Nous sommes Gravity, un groupe de Metal moderne montpelliérain. Nous avons sorti notre troisième album (Noir) en octobre 2017 chez Apathia Records. Le groupe est composé de quatre personnes : Alex (guitare), Richy (batterie), Tim (basse) et Emilie (chant).
Nous sommes tous musiciens et nous écoutons tous du metal depuis l’adolescence. Gravity s’est formé en 2009 suite au split de notre groupe précédent. Tim nous a rejoint en 2011 pour le premier album (Syndrome) et Richy en 2012 pour le deuxième (Eutheria). Nous en sommes venus au metal par des chemins différents, certains ont commencé par le Neo Metal, d’autres par le Thrash ou le Heavy. Nous avons débuté le groupe dans cette passion commune.

Gravity est un groupe de metal, mais comment vous êtes-vous formés ? Quelle est l’histoire derrière le groupe ?

Emilie et Alex : Nous nous connaissons (Alex et Emilie) depuis nos 12 ans et nous avons commencé à faire des groupes ensemble en 2005. Nous avons connu Tim au lycée et Richy quelques années plus tard grâce à son autre formation The Walrus Resists. C’est un peu un groupe d’amis d’enfance qui continue toujours.

Noir est le tout dernier album du groupe. Pourquoi avoir attendu cinq ans pour le sortir ?

Emilie et Alex : Suite au départ de notre deuxième guitariste en fin 2013, nous avons pris le temps de composer dans un style un peu différent, plus proche de nos envies, en essayant de proposer une musique plus mature. Pendant ces 5 ans nous avons beaucoup travaillé sur tous les détails de l’album pour aboutir à un travail dont nous sommes fiers tous les quatre.

Ensuite nous avons mis du temps à lever les fonds nécessaires et trouver des partenaires avec qui nous voulions travailler. Grâce au crowdfunding et aux contributeurs, nous avons pu faire l’album comme nous voulions le faire.

La thématique post-apocalyptique est clairement très ancrée dans cet album. Pourrais-tu nous raconter brièvement l’histoire que l’on découvre au fil des morceaux ?

Emilie et Alex : L’album Noir traite de différents sujets sur l’humanité, ses travers, ses excès. Certains morceaux parlent de l’avidité, d’autres du temps ou de l’écologie. Le thème post-apocalyptique, notamment porté par Noctifer, nous permet de parler de sujets de société qui nous touchent par l’extrapolation que permet la science-fiction. Ces 5 morceaux racontent les derniers jours de lumière sur Terre et les premiers jours de nuit. Nous décrivons les clivages sociétaux qu’engendreraient une telle situation.

Pourrais-tu nous expliquer du coup le découpage de Noctifer en six pistes ? C’est assez surprenant pour le coup.

Emilie et Alex : Noctifer est découpé en 6 parties car ce qui relie les morceaux entre eux c’est l’histoire racontée au travers des paroles. D’un point de vue musical, les chansons sont dans des tonalités et des styles différents. Cette diversité musicale nous permet de donner plusieurs couleurs à l’histoire.

Quel est ta chanson préférée de l’album ?

Alex : Le porteur de Nuit, car elle est cool à jouer et que l’alternance entre les phases brutales et mélodiques lui donnent une couleur que j’aime. Et puis il y a des subs. Beaucoup de subs.

Emilie : Dune, car l’atmosphère du morceau me touche.

Comment s’est passée la réalisation de cet artwork à la fois sombre et évocateur ?

Emilie et Alex : Nous avons réalisé tout l’univers graphique avec Igor Omodei A/V, qui a une vision qui nous plaît beaucoup. Pour cette pochette nous et nos amis avons posé quasiment nus (individuellement hein). Il nous a multipliés et disposés autour de la planète comme une invasion de parasites.

Vous avez joué au Gibus en ouverture pour When Reasons Collapse. Comment s’est passé cette date vue depuis la scène ?

Emilie et Alex : C’était super de rejouer à Paris après plusieurs années, le public était chaud, la salle était cool et nous avons passé une super soirée avec les Deficiency et les When Reasons Collapse. C’était vraiment chouette de nous avoir invités sur leur release !

Et ensuite vous avez tous enchaîné au mois de juin avec une des petites scènes du Hellfest. Est-ce que ce n’est pas impressionnant de jouer là-bas ?

Emilie et Alex : Oui c’était impressionnant mais une fois sur scène la sensation était folle ! Autant de gens devant nous, autant d’énergie, c’était dingue. En plus c’est le Hellfest !

Quel est ton pire souvenir sur scène ?

Alex : Commencer seul en tapping avec une guitare désaccordée c’est un souvenir bien nul…

Emilie : Le premier concert de la tournée avec les Wheelfall à Nancy. L’ordi sur lequel nous avons les samples est tombé 3 fois, nous obligeant à stopper un morceau au milieu. Ou peut-être celui d’un concert à Toulouse où j’avais 40 de fièvre au point où mon visage était jaune… J’hésite.

Comment définirais-tu cet album en cinq mots ?

Emilie et Alex : Puissant, mélodique, narratif, violent et CROUM-CROUM (c’est comme le djent mais avec encore plus de metal dedans)

Quels sont maintenant les projets du groupe ? Un autre album dans les tuyaux ? Personnellement j’adorerais…

Emilie et Alex : Continuer les dates et les tournées avec Noir. Pour la suite nous ne voulons pas trop en dire, mais peut-être que tu n’as pas si mal visé que ça 😉.

Dans la même veine : quelles sont les prochaines dates du groupe ?

Emilie et Alex : Un concert pour fêter nos 10 ans est prévu à Montpellier le 2 Février à l’Antirouille avec The Roadies of the D et The Walrus Resists. Une tournée française début mars est en cours de programmation. D’autres projets sont en préparation pour la rentrée 2019.

Merci pour tes réponses et à très bientôt !

Merci à vous pour l’interview 😊 !

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Kreator + Dimmu Borgir + Hatebreed + Bloodbath – Olympia – 03/12/2018

Le redoux gagne Paris en ce mois de décembre lorsque je pousse les portes de …

V.EN.O.M. – Dystopolis

Petit détour par le post-apocalyptique metal de Dystopolis, groupe origine d’Allemagne. Qu’est-ce qu’un metal post-apocalyptique …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *