Soirée death mélo à l’Elysée-Montmartre en cette fin avril. Les suédois de Dark Tranquillity sont en co-headlining avec les finlandais d’Ensiferum et ils déferlent sur nos terres à grand coups de riffs accrocheurs. En ouverture on retrouve deux groupes que je ne connaissais pas : April Art et Tag My Heart. De sympathiques découvertes également.

Ce sont justement les allemands de Tag My Heart qui débutent la soirée. Immédiatement leur metal vient enflammer le public. On sent les inspirations liées au metalcore allemand, comme Caliban. Le quatuor nous fait passer un excellent moment. On découvre leur son, et Isabel, la chanteuse se donne corps et âme à sa musique. Grosse surprise d’ailleurs en la voyant descendre dans le pit dès la seconde chanson pour communier avec le public. Le pogo qui s’ensuit sur le morceau suivant électrise de nouveau la piste. Un bon groupe, qui demande à être revu sur un set plus long afin de pouvoir en apprécier pleinement le son.

 

C’est ensuite April Art qui monte sur la scène. Autre groupe germanique, il propose un metal alternatif plein d’énergie. La vocaliste, Lisa-Marie Watz, se donne à fond et tout le groupe également, mais ils parviennent difficilement à me convaincre. Sur scène c’est carré et efficace, mais je n’arrive pas à être pleinement convaincu par leur musique.

 

Ensiferum vient ensuite distiller son énergie au public à grands coups d’air folk. Les finlandais sont plus qu’expérimentés et une belle frange du public de l’Elysée-Montmartre leur est acquise. Dès les premières notes la fosse est en ébullition et tandis leurs airs les plus célèbres retentissent ils viennent chanter les paroles en chœur. Chaque concert d’Ensiferum est une belle communion du public avec son groupe. Durant une heure nous entendons d’anciens titres aussi bien que certains tirés du nouvel album. Seul bémol, le son qui est vraiment mal calibré. Cela n’empêche pas tout le monde de profiter de cette grosse fête folk metal comme il se doit.

 

Dernier groupe de la soirée et pas des moindres : Dark Tranquillity. Guitares extrêmement mélodiques, batterie puissante et la voix de Mikael Stanne sont la recette du succès de ce groupe. Dès les premières secondes on attaque avec Phantom Days, issu du dernier album du dernier album du groupe, Moment. A partir de cet instant c’est la folie dans le pit et les slammeurs commencent à débarquer sur scène, reçus par Mikael avec sa gentillesse légendaire, avant d’être renvoyés ici-bas. Les chansons s’enchaînent et le succès du groupe ne se dément pas. Le public lui est acquis et cela malgré de nouveaux problèmes de son.

 

Access Live nous a proposé ici une soirée haute en couleurs, aux saveurs diversifiées. Chacun des groupes s’est donné à fond, et l’organisation a une nouvelle fois été au top. Reprendre les concerts après le Covid sur un date telle que Primordial ou encore celle-ci est juste parfait…

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de cultures alternatives, Thomas dirige eMaginarock depuis 2008. Editeur, photographe, anthologiste, graphiste... ses casquettes ont été nombreuses dans sa vie, un peu comme un chapelier fou, mais avec toujours une ligne directrice qui s'est dégagée : faire découvrir les univers qu'il aime aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.