Alors que l’entité Dark Tranquillity s’apprête à fêter ses 30 ans d’existence (32 ans si l’on compte les années Septic Broiler), le groupe, qui est l’un des fers de lance de la scène Melodeath de Göteborg, est de retour avec Moment, son douzième album !
30 ans au cours desquels Dark Tranquillity a fait son chemin, enrichissant sa formule pour s’éloigner progressivement du Melodeath traditionnel et aller explorer des sonorités plus atmosphériques, plus posées, plus mélancoliques.

Les années ont-elles eu raison de l’inspiration des suédois ? Pas si sûr…

Si le Metal est un style on ne peut plus varié, il est tout de même des noms à côté desquels il est difficile de passer, et Dark Tranquillity en fait bel et bien partie.
Mais admettons, vous êtes en pleine découverte ou en pleine remise en question, et vous vous demandez « Mais c’est quoi donc Dark Tranquillity ? »
Dark Tranquillity, c’est un concentré d’efficacité mêlant riffs véloces, mélodies subtiles où les guitares s’allient aux synthés, refrains percutants, et une voix unique, autant en chant clair que saturé : celle de Mikael Stanne !

Appliquée à ce nouvel album, on se rend vite compte que la formule s’applique à merveille.
Si la rapidité n’est pas forcément le maître mot, les ambiances et mélodies typiques du groupe sont bien là, et l’effet est immédiat !
Le trio d’ouverture de cet album (Phantom Days, Transient et Identical To None) s’impose d’emblée en enchaînement de hits en puissance qui rappelleront aux connaisseurs (ouais, parce que cette chronique ne s’adresse pas qu’aux noobs…) les désormais cultes Misery’s Crown, Lost To Apathy ou encore Terminus (Where Death Is Most Alive).

Si les dernières sorties du combo s’étaient orientées vers un peu plus d’expérimentations, on remarque ici un retour à une exécution plus « basique », plus directe.
Il faudra attendre The Dark Unbroken pour retrouver les ambiances un peu plus Goth qui ont à la fois popularisé Dark Tranquillity et divisé les fans de la première heure, à l’époque où les voix claires ont commencé à prendre plus de place (on pense par exemple à Projector, sorti en 1999).
La voix suave et envoûtante de Stanne fait mouche, comme à son habitude, appuyée par les synthés de Martin Brändström.
On retrouvera la même recette sur le lancinant Remain In the Unknown, ponctué d’un superbe solo de Johan Reinholdz (connu en tant que guitariste d’Andromeda).

En parlant de guitare, notons l’officialisation de Johan Reinholdz, donc, ainsi que de Christopher Amott (ex Arch Enemy), suite aux départs successifs des deux guitaristes historiques de la formation, Martin Henriksson et Niklas Sundin.
Les deux gratteux, qui officient déjà en live au sein de Dark Tranquillity depuis 2017, ont donc eu tout le temps de s’imprégner du style et d’y apporter une petite touche de fraîcheur. Notamment par l’apport plus régulier de soli (leur patte est reconnaissable), mais aussi par quelques approches mélodiques différentes. Johan étant avant tout un fan du groupe, il a réussi à insuffler sa propre vision dans certains riffs.

Dark Tranquillity 2020

Au travers des 12 titres qui composent « Moment », Anders Jivarp, le batteur, seul rescapé de la formation initiale avec Mikael Stanne et compositeur majoritaire, accomplit une nouvelle prouesse d’écriture.
Si la formule n’est pas fondamentalement renouvelée et qu’il n’y a pas d’énorme surprise sur ce nouvel album, il n’est pas anecdotique pour autant, et chaque titre possède sa propre identité, avec de nombreux clins d’œil aux albums précédents.
On pourra cependant regretter l’absence de titres plus rentre-dedans comme on pouvait en avoir à l’époque de Damage Done ou Character. On y croit à quelques moments (Identical To None, Empires Lost To Time), mais on reste majoritairement sur du mid-tempo.

Les textes de Stanne sont quant à eux toujours aussi profonds. Le chanteur s’interroge ici sur les différents chemins que nous prenons dans la vie et la manière dont un rien, un bref moment, peut tout changer et tout redéfinir.

Niklas Sundin, même s’il a lâché la guitare, n’a pas pour autant complètement abandonné le navire, puisqu’on le retrouve une nouvelle fois à la réalisation de l’artwork, avec ce style inclassable et identifiable au premier coup d’œil qui le caractérise.

Entièrement enregistré par le groupe lui-même au Rogue Music Studio de Martin Brändström (à l’exception de la batterie, enregistrée au Nacksving Studios), Moment a été mixé et masterisé par le grand Jens Bogren au mythique Fascination Street Studio, pour un résultat limpide et puissant.

S’il n’y a rien de fondamentalement original sur cette nouvelle galette, Dark Tranquillity réaffirme sa maîtrise d’un style qu’il a contribué à instaurer il y a 30 ans avec une aisance déconcertante, et ça fonctionne !

Moment sortira le 20 novembre via le label Century Media.

Julien Dijoux

Julien Dijoux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *