Entretien avec Gilberto Villarroel, auteur

J’ai rencontré l’écrivain Gilberto Villarroel pour un entretien passionnant, dans le cadre de la sortie du troisième tome consacré à Lord Cochrane !

Bonjour et merci de bien vouloir répondre à nos questions !

Pour commencer, pourrais-tu te présenter ?

Je suis Gilberto Villarroel, écrivain chilien. Je suis basé à Paris depuis 2014, je suis le père d’un citoyen franco-chilien de 11 ans. Je suis l’auteur de “Cochrane vs Cthulhu”, “Lord Cochrane vs l’ordre des catacombes” et “Lord Cochrane et le trésor de Selkirk”. Ces trois romans ont été publiés au Chili par Penguin Random House et en France, en Suisse et en Belgique par Aux Forges de Vulcain (le troisième en février 2022). Les deux premiers sont également publiés en poche chez Pocket (le second, en février 2022, sous le label “Les étoiles montantes de l’imaginaire “). Au Chili, j’ai également publié un roman de vampires, “Zona Cero” (2020), qui est encore inédit en France. Avant d’écrire des romans, j’ai écrit et produit des scénarios pour le cinéma et la télévision. Et avant cela, j’ai travaillé comme journaliste et correspondant au Chili pour des médias étrangers, comme la BBC de Londres.

J’ai chroniqué pour eMaginarock il y a quelques mois Cochrane vs Cthulu, que j’ai beaucoup aimé ! Pourrais-tu nous en dire un peu plus sur ce qui a inspiré ce roman ?  

Merci beaucoup ! Mon premier roman s’inspire de la fiction navale napoléonienne, un type de roman créé au XIXe siècle par le capitaine retraité Frederick Marryat, qui a combattu aux côtés de Cochrane contre la flotte française en 1809. Cochrane a inspiré les romans de Marryat et deux sagas du XXe siècle, le Hornblower de C.S. Forester et l’Aubrey de Patrick O’Brian (“Master & Commander”). Mais mon roman est aussi un crossover avec l’univers créé par l’écrivain américain H.P. Lovecraft, que j’admire depuis longtemps. Il faut dire que Lord Cochrane est l’un des libérateurs du Chili, du Pérou et du Brésil et que pour un Chilien comme moi, c’est un personnage qui est présent dans notre quotidien depuis l’école. Il existe des monuments en son honneur, des places, des rues, des écoles, des villes, des rivières et des navires qui portent son nom.

Dans ton roman, Lord Cochrane rencontre le non moins célèbre Cthulhu ! Quelles recherches et lectures as-tu faites pour nous raconter l’affrontement entre ces deux personnages mythiques ?  

Au moment où j’ai commencé à écrire “Cochrane vs Cthulhu”, je relisais la nouvelle “L’appel de Cthulhu” de H.P. Lovecraft. Et j’étais en plein tournage d’un documentaire sur la vie de Lord Cochrane, que j’ai écrit et produit. J’avais découvert que c’est Cochrane qui a détruit les bases de Fort Boyard, en 1809, avec des bateaux explosifs. Et cela m’a donné l’idée d’écrire une uchronie, dans laquelle Napoléon a reconstruit Fort Boyard en 1815, Cochrane revient sur la côte française et est obligé de s’allier à ses ennemis pour combattre la menace surnaturelle que représente Cthulhu. Comme j’avais fait une longue recherche sur Cochrane dans 7 pays, mon approche était celle du roman historique, auquel j’ai décidé d’ajouter ces touches fantastiques.

Quels sont les univers culturels qui t’influencent au quotidien dans ton écriture ?

Tout. J’appartiens à une génération qui a vu l’apparition de la télévision mais, même avant cela, je suis toujours allé au cinéma pour voir des films sur grand écran. Dans le quartier de mon enfance, une banlieue ouvrière de Santiago, il n’y avait qu’un seul cinéma à proximité et, par conséquent, depuis que je suis enfant, je voyais tout, y compris des films pour adultes. Je lisais aussi beaucoup de BD quand j’étais enfant. Il y avait un magazine, “Mampato”, qui publiait des auteurs chiliens mais aussi des BD de France et de Belgique : Astérix, Tintin, Bernard Prince, Tounga, Rahan, Dan Cooper, Commando Caïman, etc. J’ai commencé à dessiner et à écrire des histoires de BD quand j’étais enfant, inspiré par ces lectures. Et encore aujourd’hui, j’adore ces histoires publiées en chapitres hebdomadaires de quatre pages, qui se terminaient toujours par un cliffhanger qui laissait les protagonistes en danger, jusqu’à la semaine suivante. C’est le même dispositif que celui utilisé dans les feuilletons du XIXe siècle, repris ensuite par la série en chapitres diffusés dans les cinémas avant les longs métrages, et qui a conduit Lucas et Spielberg à créer Indiana Jones. Et utilisé aujourd’hui par les séries TV sur les plateformes de streaming. J’ai regardé beaucoup de séries à la télévision, depuis que je suis enfant (la première saison de Sandokan, produite par la RAI, était excellente). Je continue à suivre certaines (« Peaky Blinders », « Taboo », « The Terror », « Raised by Wolves »), mais l’offre actuelle est trop importante, je ne peux pas tout suivre. J’ai également lu des auteurs comme Verne et Salgari dans mon enfance. Puis Hammett, Lovecraft, Poe, Conrad, García Márquez, Le Carré et McCarthy, parmi beaucoup d’autres, sont entrés dans ma vie. Mais je ne pourrai jamais oublier l’impact que j’ai ressenti, à l’âge de 13 ans, lorsque j’ai lu “L’Iliade” et “L’Odyssée”. Pour moi, ils restent les meilleurs romans de tous les temps. Ils sont parfaits. Il est intéressant de noter que Cochrane est comme un Ulysse contemporain : il a été un héros, est tombé en disgrâce et a navigué sur les mers du monde pendant quelques années avant de retourner dans sa patrie.

Le virus de l’écriture, ça t’est venu comment ?

Le virus était toujours en moi. Mon père m’a appris à lire et à écrire quand j’avais 4 ans. J’ai commencé par un syllabaire, qui comportait des histoires courtes et des illustrations, et j’ai continué avec la BD, comme tout autre enfant. À 5 ans, je suis entré directement en première année d’école. Peu après, j’ai commencé à dessiner et à créer mes propres BD. Avant d’entrer au lycée, en 1978, j’ai postulé et été accepté à l’Escuela Experimental Artística, au Chili, pour étudier le dessin et la peinture. Mais les enseignants n’étaient pas intéressés par la BD, elle n’était pas considérée comme une expression artistique. J’ai donc préféré ne pas m’inscrire et aller au lycée. J’ai commencé à publier des dessins et des textes dans le magazine de l’école. Un professeur m’a suggéré d’étudier le journalisme et ça m’a semblé être une bonne idée. Les écoles de cinéma étaient fermées à cette époque, c’était le milieu de la dictature de Pinochet (1973-1990) et tous les aspirants écrivains ou cinéastes se sont réfugiés dans le journalisme. Au milieu des années 1990, le magazine Time a publié une illustration de Lorenzo Mattotti sur sa couverture. Pour moi, c’était le signe d’un changement, la BD était enfin reconnue comme une forme d’art. J’ai commencé à écrire et à produire des scénarios pour le cinéma et la télévision. J’ai sorti mon premier film en 2000, “Chilean Gothic”, basé sur la nouvelle “Le modèle de Pickman” de H.P. Lovecraft. Et en 2009, j’ai publié une BD basée sur la même histoire et le même film. Mais je ne me considérais toujours pas comme un écrivain. J’avais essayé d’écrire des romans, mais je n’avais jamais dépassé les premiers chapitres. Je ne savais pas comment faire. Lorsque je suis venu vivre à Paris en 2014, j’ai rencontré certaines de mes idoles de toujours, comme Neil Gaiman et Dave McKean, et soudain toutes mes craintes ont disparu. Écrire des romans est devenu amusant et agréable. Et un métier.

Quels sont tes projets pour la suite ?

En 2022, Penguin Random House publiera au Chili “Lord Cochrane aux montagnes hallucinées”, le quatrième tome de la saga Cochrane. J’écris actuellement le cinquième volume, qui clôturera le cycle de Cthulhu. De janvier à juin 2022, je serai également en résidence au Val de Briey, dans l’Est, grâce à une invitation de la mairie et du ministère de la Culture. Je serai dans l’Est trois fois par semaine, logé à la Cité Radieuse construite par Le Corbusier, travaillant sur mon nouveau projet d’écriture, un roman policier. Je travaille également, depuis plusieurs années, sur des recherches pour l’écriture d’un long métrage documentaire. Au cours de l’année 2022, j’espère écrire la première version du scénario, c’est un projet personnel, un mélange entre l’astronomie et l’anthropologie.

Dernière question : si tu étais un personnage de tes romans, tu serais lequel et pourquoi ?

Je trouve difficile de m’identifier à un seul personnage. J’aime beaucoup le côté rebelle de Cochrane, sa capacité à remettre constamment en question les autorités. Et la loyauté d’Eonet. Je suis très fier de ce personnage, car c’est lui qui apporte un peu d’équilibre dans la folie de Cochrane. Dans la vraie vie, Cochrane a toujours été très solitaire. Eonet est un personnage fictif et c’est ma façon de lui fournir un fil de mise à la terre, ce qu’il n’a jamais eu. Si j’étais un personnage, je devrais être une sorte de secrétaire, un scribe, un témoin, mais tu vois, dans ces romans, il n’y a que des hommes – et des femmes, dans les plus récents – d’action ! Le colonel espagnol Fausto del Hoyo, qui est un personnage qui a réellement existé, et qui est devenu le secrétaire de Cochrane après avoir été le commandant des forts de Valdivia, je l’ai utilisé presque comme un “comic relief”. Mais dans le cinquième roman, qui se déroule en 1820, nous le rencontrons à l’apogée de sa puissance, lorsqu’il est responsable des forts de Valdivia et que Cochrane et lui sont ennemis. Le colonel est un personnage pour lequel j’ai beaucoup de sympathie, car il est passé de force en force dans mes romans.

 

Conclusion

Titre :
Série :
N° du tome :
Auteur(s) :
Illustrateur(s) :
Traducteur(s) :
Format : Grand format
Editeur : 10/18
Collection :
Année de parution :
Nombre de pages :
Type d'ouvrage : Roman

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.