Les américains de Light The Torch, anciennement Devil You Know, sont de retour avec un nouvel album, You Will Be The Death Of Me. Après l’excellent Revival en 2018 qui entérinait le nouveau nom du groupe, le combo revient plus efficace que jamais.

La recette Light The Torch est au final assez simple : des morceaux courts, efficaces et une alternance intelligente entre mélodie, chant clair et chant saturé, avec parfois une pointe d’énervement en prime. Parfait exemple de cela Living With A Ghost. Tout au long de ces douze nouvelles chansons on verra Howard Jones donner de la voix, renforcé par les guitares Francesco et Ryan Wombacher et une batterie omniprésente. Là où parfois le metalcore peut se faire plus brutal vocalement comme avec While She Sleeps, ici on est face à quelque chose de plus doux, avec quelques emballements du plus bel effet. Become The Martyr démontre cela à la perfection.

Mais quelques titres sortent réellement du lot. End Of The World par exemple est l’une des meilleures chansons de l’album, que l’on sent composée pour la scène. En quelques secondes le pit deviendra comme fous sur les rythmes proposés. Denying The Sin est elle aussi un petit bijou, efficace et immersif, avec un up-tempo qui passe terriblement bien dans les oreilles. La conclusion sur Sign Your Name, reprise de Terence Trent D’Arby est fabuleuse. On ne s’attend pas forcément à voir un groupe de metalcore reprendre ce type de chanson 80’s. Et pourtant l’alchimie fonctionne parfaitement.

Avec cet album les américains confirment tout le bien que l’on pense d’eux, mais viennent aussi finir d’enfoncer le clou avec leur nouveau nom. Un metalcore de qualité comme on les aime.

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *