Petite soirée concert au Petit Bain pour moi avec les trublions du metal parodique italien, Nanowar Of Steel, qui sont de passage à Paris, accompagnés des français de Redemption. Une soirée sous le signe du heavy donc, avec une deuxième partie de soirée qui s’annonce truculente !

C’est donc Redemption qui ouvre la soirée, avec un set de pratiquement une heure. Le trio familial propose un heavy bien fait, assez léché et plutôt intéressant. Le jeune âge de leur batteur est une attraction en lui-même, car il maîtrise clairement son sujet. Ils fonctionnent bien ensemble sur scène, et malgré le perçage d’une peau de la batterie en cours de set, ils ne se sont pas déconcentrés et ont repris de plus belle. Musicalement j’ai personnellement trouvé cela un peu répétitif, d’autant plus sur presque une heure, mais ils ont bien chauffé la salle qui n’a de cesse de se remplir au fur et à mesure de leur set.

Changement de plateau obligatoire avant l’entrée en scène de Nanowar Of Steel. Les italiens sont donc venus dans nos contrées nous assener leur Norwegian Raggaeton. Dès le début ils annoncent la couleur : costumes moulants en lycra, paroles qui défilent sur rétroprojecteur, plaisir d’être sur scène et de faire n’importe quoi. Et du n’importe quoi ils vont en faire pendant tout le set, prenant plaisir à tourner en dérision les stéréotypes du metal. Mais ce n’est pas parce qu’ils font les clowns sur scène que ce ne sont pas de vrais musiciens. Car oui ils savent jouer et ne font pas semblent : leur set est carré, impeccablement maîtrisé de bout en bout. Pitres mais pas quand il s’agit de jouer juste. Même si ce n’est pas forcément ma came de base, je dois dire que j’ai été assez séduit par l’énergie et l’humour qui se dégage d’eux sur scène. La bonne humeur a envahi le Petit Bain dès les premières secondes de leur set et elle y est restée tout du long !

Déjà l’heure de repartir après 1h40 de show, et de regagner la terre ferme avec le sourire aux lèvres et l’appareil plein de photos…

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *