Spirituality And Distorsion – Igorrr

Je ne suis pas forcément extrêmement fan de cet OVNI musical qu’est Igorrr. Trio composé de deux vocalistes et d’un batteur, ce groupe atypique se produit sur les plus grandes scènes pour le plus grand plaisir de ses fans. Atypique aussi bien musicalement que scéniquement, le groupe sort ces jours-ci son nouvel album, Spirituality And Distorsion. Quatorze titres surprenants, mais pourtant franchement séduisants…

Downgrade Desert débute tout en douceur, posément, avec un son de guitare acoustique tout bête, presque hispanique. Puis la batterie vient s’ajouter et tout s’enchaîne. Les mélodies sont vraiment sympathique, la voix de Laure et Gautier se mêlant de manière étrangement parfaites. Nervous Waltz propose une ambiance valse viennoise teinté de bizarreries électro étranges mais pourtant bien placées. Very Noise est simplement un tour de maître de batterie et d’électro. Bien fait mais il faut aimer. Hollow Tree propose une ambiance baroque à souhaits avec une mise en avant de la voix de Laure sur la piste. Sonorités orientales avec Camel Dancefloor, morceau d’électro pure. Puis Parpaing laisse la part belle à la voix de Gautier avec une piste très Death, ajoutant des sonorités électro laissant penser à un jeu vidéo. Musette Maximum vient nous surprendre avec son air d’accordéon bien français, mixé à une batterie très présente. Ca enchaîne e manière étrange les tempos, créant une confusion musicale qui n’en reste pas moins mélodique.

Changement d’ambiance avec Himalaya Massive Ritual et son ambiance Death/Black massive, puissante. Lost In Introspection se fait plus aérien, plus léger et pourtant les mélodies m’ont vraimnt parlé de bout en bout. Igorrr mélange vraiment tous les genres, rendant ainsi sa musique tout simplement unique. Overweight Poesy reste dans le même genre, avec des instruments à corde qui débutent le morceau, la voix de Laure venant ajouter une émotion particulière à l’ensemble. Juste magnifique. Paranoïd Bulldozer Italiano revient aux choses plus étranges et électro que Gautier souhaite proposer à son public. Le baroque revient ensuite avec Barocco Satani qui porte parfaitement son nom : violon pour débuter puis envolée musicale et vocale juste sublime. Ce sont ensuite Polyphonic Rust et Kung-Fu Chèvre qui viennent clore cet album. Le premier est puissant, intense, tandis que le second est un pur OVNI, je vous laisserais découvrir.

Igorrr nous propose donc un nouvel album consistant de près d’une heure, alternant les saveurs mais gardant toujours comme leitmotiv de nous proposer une musique à la fois étrange, surprenant et mélodique. Un franc succès et, même si à titre personnel je n’ai pas tout aimé, les fans adoreront.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *