Les suédois de Sorcerer sont de retour sur le devant de la scène avec un troisième album surprenant et délicieux : Lamenting Of The Innocent. Proposant ce qui se veut comme un Doom metal épique confinant au Power metal, le groupe a su me surprendre…

De l’intro avec Persecution, à la conclusion avec Path To Perdition, le combo suédois ne va avoir de cesse de nous prendre au débotté avec une composition impeccable. De bout en bout l’album est proprement épique tant grâce aux guitares qui réussissent parfaitement leurs envolées, que du chant qui se fait puissant quand il le faut et plus posé à d’autres moments. Quelques pistes sont vraiment à retenir : The Hammer Of Witches par exemple qui ouvre sérieusement les hostilités de l’album. Très heavy sur son introduction, avec des envolées vocales impeccables, propose peu de noirceur Doom. Très clairement le groupe a une conception particulière de ce genre puisque l’on retrouve peu cette ambiance poisseuse qui lui est propre. Avec Where Spirits Die on est presque face à du Blind Guardian plutôt que du My Dying Bride par exemple. Cela ne remet en rien en cause la qualité de la musique du groupe mais clairement je trouve cela mal classé, même si cette piste se fait un poil plus sombre. Institoris et ses mélodies épiques, mises en valeur par le chant de Anders Engberg, ne va pas changer mon avis. Tout l’album est à l’avenant et ravira les amateurs de metal fantasy un peu sombre et épique. Dans ce cadre, soyons clairs, cet album est parfait.

Sorcerer se veut proposant du Doom épique, mais personnellement je l’ai plus apprécié en tant que Power metal, un peu dans la veine épique d’un Demons & Wizards par exemple. La composition est léchée, la réalisation qualitative, mais je n’ai pas retrouvé cette noirceur moite propre au Doom et c’est dommage. Lamenting Of The Innocent est un excellent album de power épique en tous cas et je vous invite à le découvrir rapidement…

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *