L’Œil Noir – Livre de Base – Black Book Éditions

L’Œil Noir… Je me souviens encore lorsque je voyais des publicités autour du jeu dans d’anciens magazines comme Jeux & Stratégie, ou les premiers numéros de Casus Belli, où Schmidt faisait de la pub pour l’Œil Noir. À cette époque, il était en «concurrence » directe avec le vénéré Ancêtre du JdR – Dungeons & Dragons pour ne pas le nommer, ainsi que certain autres (comme l’Ultime Épreuve). Une sacrée madeleine de Proust.

Alors l’annonce de cette nouvelle mouture, en VF, par les Hommes en Noir de Black Book Éditions (avec le Scriptarium), forcément, ça a de quoi donner des frissons.

 

Un jeu de rôle fondateur…

C’est un fait : l’Œil noir est un pilier du JdR. Une gamme monumentale, de très nombreux suppléments, avec sa présentation si particulière. Je m’en souviens comme si c’était hier… Et pourtant, ça date d’il y a bien longtemps 😉

Et puis, je dois l’avouer, comme j’avais déjà succombé au charme de DD et sa Red Box, j’avais un peu tendance à trouver les moindres défauts à son concurrent direct qu’était l’Œil Noir. Je sais, c’est pas bien 😉

C’est la raison pour laquelle j’étais resté à la « base de la base » de la V1, sans jamais avoir eu envie d’aller chercher plus loin… C’était une erreur (mais ça, je ne le savais à l’époque pas).

Ici, donc, c’est la cinquième édition dont il est question.

Autant vous dire que, pour moi qui n’ait eu entre les mains que le livre de base de la première édition de l’époque, c’est un peu comme si je découvrais un tout nouveau jeu.

L’organisation du livre est des plus classiques : après une introduction qui présente les bases de ce qu’est le JdR et un survol de l’Aventurie (le monde dans lequel évoluent les joueurs de l’Œil Noir), on entre dans le vif du sujet.

Après un premier chapitre qui va présenter les règles principales qui régissent le système de jeu (plutôt simple au demeurant, avec son système d20 et ses différentes épreuves), on passe à la création de personnage. Cette dernière est très complète et détaillée. C’est d’ailleurs un des leitmotiv qui revient en permanence au fil de la lecture :

Complet. Détaillé. Explicité.

Parce que il n’y a pas photo : c’est très complet sans être lourd, c’est détaillé sans être pinailleur à l’extrême et c’est parfaitement explicité. J’avais un peu peur, vu le pavé (plus de 400 pages tout de même ^^) de me retrouver noyé sous une tonne d’infos et de ne plus m’y retrouver. Et bien non. C’est parfaitement lisible et bien articulé. Alors attention, le système n’est pas simpliste, mais simple.

Et ça fait toute la différence. J’avais en tête un système de jeu bancal, mal fichu, brouillon et fouillis (sans doutes de vieilles réminiscences plus ou moins approximatives de la V1), et au final, j’ai eu le plaisir de découvrir un système clair, cohérent, complet, abouti et très étoffé qui pourra facilement plaire (et s’adapter) à de nombreux types de joueurs différents.

Après la création de personnages (ici appelée Héros), ce sont les talents, le combat et la magie qui sont abordés.

J’aime BEAUCOUP les systèmes de magie tels qu’ils sont présentés dans cette v5. Ça colle bien à l’idée que je me fais du lancement de sorts. C’est peut être un peu plus exigeant (en termes de maîtrise) que d’autres systèmes existants, mais je le trouve particulièrement intéressant.

 

La dernière partie de l’ouvrage est quant à elle consacrée à l’équipement, et au bestiaire. On y trouve également un (petit) chapitre prodiguant des conseils aux joueurs tout comme aux meneurs. Enfin, last but not least, la feuille de personnage : Magnifique, tout simplement. Elle clôt on ne peut mieux la lecture de ce livre de règles.

Quant à l’ouvrage en lui-même, c’est pas compliqué :

Il fait parti des plus beaux et des plus lisibles livres de règles de JdR que j’ai pu jusqu’ici lire (et pourtant, en plus de 30 ans de pratique, j’en ai vu passer quelques-uns). En effet, non seulement, l’objet en lui-même est impeccable et résistant (la reliure tissus aide beaucoup, il faut dire), mais la mise en page et la maquette sont d’une limpidité et d’une clarté impressionnantes. C’est aéré, coloré sans être tape à l’œil, avec des illustrations (nombreuses) parfaitement dans le ton qui soutiennent le texte en rapport.

Cependant, il y a un défaut majeur à la lecture de cet ouvrage : c’est qu’on a tout de suite envie de jouer et d’aller arpenter l’Aventurie. Je suis TRÈS impatient de voir le reste de la gamme et de savoir quelle suite va lui être donnée, à cette gamme, dans les mois à venir. Parce que franchement, c’est du très bon et que je suis resté sur ma faim en termes d’univers et d’histoire à jouer (et à faire jouer) !! Je veux découvrir l’Aventurie 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *