Betrayal at the House on the Hill – WotC – Asmodee France

Un titre qui fait très « Série B », une promesse d’ambiance lourde et sombre, voilà qui mérite d’aller plus loin, non ? 🙂 Moi, c’est l’effet que la boîte m’a produit, en tout cas !

Fan de Lovecraft devant l’éternel, je ne pouvais pas faire autrement que d’aller voir ce qu’il se passe dans cette maison sur la colline…

Que se passe-t-il donc en haut de cette mystérieuse colline ?

Visite d’une demeure inquiétante…

C’est ce que vont devoir découvrir les joueurs. Vous devez bien vous en douter, ils ne vont pas tomber sur une ferme où un meunier s’occupe de son pain pendant que sa femme et sa fille s’occupent du champ attenant !

Non, du tout. Les joueurs (de 3 à 6) incarnent des investigateurs (ça met tout de suite dans l’ambiance) qui ont décidé d’aller voir un peu de quoi il retourne dans cette mystérieuse bâtisse.

Pourquoi au moins 3 joueurs ? C’est simple : on est dans la semi-coop 🙂 Qu’est-ce à dire, donc ?

Le jeu se déroule en deux phases bien distinctes.

Au cours de la première, les investigateurs vont explorer (et composer au fur et à mesure) cette fameuse demeure. Au cours de cette phase, libre à chacun de s’épauler, de se concerter avec les autres, de se donner du matériel, etc… Bref, tout ce qui fait une partie du sel des jeux en coopération.

MAIS…

Parce qu’il y a un mais, évidemment…

Lorsque la Hantise se déclenche (j’y reviens plus bas), là, ce n’est plus la même. Un des joueurs va se retourner contre les autres et devenir le méchant à abattre ! Deux camps s’affronteront alors, chacun avec des objectifs bien précis pour remporter la partie. Intéressant comme idée, je trouve. Par contre, le bémol, c’est que comme ces objectifs ne sont pas toujours très simples à réaliser (et même quelquefois à comprendre), cela peut être compliqué de jouer avec des plus jeunes (nous avons d’ailleurs évité, pour ce jeu, afin qu’ils ne soient pas perdus).

Prometteur, comme idée, donc !

Un point sur le matériel : assez inégal dans sa qualité. Certains pions n’ont pas été traduits. Les figurines sont assez petites. Bref, c’est parfaitement correct, mais on n’est pas dans le « haut de gamme » comme on peut le trouver dans certaines productions actuelles.

Un plateau de jeu modulaire, une nouvelle maison à explorer à chaque partie.

Un valeureux explorateur en plein mystère…

En effet, et c’est un des gros plus du jeu : chaque partie emmènera les joueurs dans une nouvelle maison, car à part la tuile entrée et celle d’arrivée au premier étage et au sous-sol, le reste de la maison va se dévoiler, au hasard, au fur et à mesure de la progression des joueurs. Lorsqu’il passe une porte menant vers une pièce encore non découverte, le joueur pioche une tuile. Sur le dos de chacune d’entre elles, est indiqué si la tuile peut aller au RdC, au 1er étage ou au sous-sol. En fonction de où vous vous trouvez, vous pourrez donc placer la tuile. Si cette dernière ne correspond pas à l’étage où vous êtes, vous la défaussez et en piochez une nouvelle. Simple. Efficace. Chaque tuile peut déclencher des effets de jeu : découverte d’un équipement, déclenchement d’un événement ou d’un présage.

Les équipements, facile : ils se récupèrent et s’utilisent comme indiqué sur la carte. Les événements, c’est pareil : il suffit de lire bon, la plupart ne sont pas bénéfiques, hein ^^). Quant aux présages, ils vont eux aussi avoir une forte influence sur le déroulement de la partie. Outre le fait que bien souvent ce qui est récupéré après un présage va aider les joueurs, cela va les obliger à effectuer un test de hantise (il faudra donc obtenir un résultat supérieur à TOUS les présages découverts depuis le début de la partie). Vous comprendrez donc que ces derniers sont à double tranchant, car si le résultat obtenu est inférieur aux présage, la partie bascule…

HANTISE

C’est la seconde phase du jeu, celle où les joueurs se séparent et où tout s’accélère. Lorsque la Hantise se déclenche, on va se référer à 2 manuels supplémentaires contenus dans le jeu qui vont donner les indications quant à la suite du jeu : qui devient le méchant, et quels sont les objectifs de chacun à partir de ce moment. Évidemment il est déconseillé d’aller se référer à ces manuels avant d’en avoir besoin, sinon le plaisir de jeu va fortement s’émousser :).

Constatation de notre côté : cette phase est assez difficile pour les « gentils ». En effet, le bad guy se retrouve bien souvent doté de capacités hors du commun qui en feront un adversaire redoutable à vaincre. Mais ça donne du challenge, et c’est bien ! Toutefois, la lecture de certaines de ces indications ne sont pas toujours super claires à comprendre à la première lecture.

Les différentes mécaniques qui régissent le jeu sont plutôt classiques (3 caractéristiques par investigateur, résolution de test aux dés, etc..) et facilement compréhensible.

Betrayal at the House on the Hill est un jeu assez atypique, intéressant par son côté asymétrique et le renouveau du plateau de jeu à chaque partie. Mais peut-être aurait-il mérité une réalisation plus aboutie ?

Quoi qu’il en soit, il vaut le coup d’être testé pour ceux qui aiment ce genre d’univers assez malsains… 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *