Human :|: Nature – Nightwish

Chaque sortie d’album de Nightwish est un petit évènement en lui-même. Cinq ans après la sortie de Endless Forms Most Beautiful, et deux après leur compilation Decades, les finlandais sont donc de retour avec Human :|: Nature, un double-album de dix-sept pistes ! Au début assez réticent car je trouvais que le style de Nightwish ces dernières années avait un peu tendance à tourner en rond, j’ai été très agréablement surpris par ce nouvel opus de leurs aventures musicales.

Music qui ouvre l’album est un petit bijou. Débutant tout en douceur, en harmonie, avec le talent de compositeur que l’on connaît à Tuomas Holopainen, puis les autres instruments entrent dans la danse et on se retrouve avec un morceau à la voix beau, énergique, prenant. J’ai vraiment senti que cette fois la part belle était faite aux choix et à la voix de Floor Jansen, arrivée dans le groupe en 2013. L’ensemble des instruments et de la voix se mêlent mieux encore que sur Endless Forms Most Beautiful, et cela est vraiment frais et réjouissant à entendre. Noise qui vient ensuite a servi de premier single et l’on comprend pourquoi. Energique, proposant du pur Nightwish avec ces instruments puissants et épiques mais dans un ensemble adapté à la voix de Floor, et du coup cela fonctionne parfaitement. Le clip est par ailleurs vraiment réussi, je vous invite à le regarder ci-dessous. Shoemaker, inspiré de la vie de d’Eugene Shoemaker, fondateur de la planétologie, reste dans la même veine avec une puissance musicale juste sublime. Petit fait étonnant : nous n’entendrons pratiquement pas la voix de Marco Hietala sur l’album contrairement à d’habitude puisqu’il n’intervient que sur une seule chanson. Avec Harvest nous avons un morceau plus folk, plus tranquille et pourtant tout aussi beau. Pan propose un univers à la fois onirique et émouvant, plutôt très bien réalisé.

Après une première partie d’album clairement surprenante, montrant que Nightwish se réinvente avec cet album, nous passons à How’s The Heart. Une ballade puissante, douce mais avec de belles envolées tant musicales que vocales. Procession qui vient ensuite revient à une musique plus atmosphérique, mettant en avant la voix de Floor de manière juste magique. Avec Tribal on se retrouve de nouveau avec un son très power dans les oreilles, tout en restant mélodique à souhaits. Les séquences de batteries plus tribales justement donnent clairement leur nom au morceau, qui a d’ailleurs été composé par Hatto, batteur du groupe. De même pour le chant qui alterne entre phases plus lyriques et quelque chose de plus rageur. Très bien construit en tous cas. Endlessness nous laisse l’opportunité de retrouver la voix de Marko Hietala, seul, pour une chanson prenante à souhait. La magie opère, c’est on ne peut plus certain !

On passe ensuite au second CD et à la partie orchestrale de l’album. Huit pistes agréables mais uniquement instrumentales donc pas grand-chose à développer dessus pour le coup. On ne peut que louer le talent de composition de Tuomas Holopainen qui est clairement un des grands talents de cette génération de musiciens.

Ce nouvel album a clairement me surprendre alors que je m’attendais à être un peu lassé du metal symphonique de Nightwish le groupe a réussi à se réinventer et proposer un album plus complexe, avec différentes strates. On y retrouve les morceaux très power sympho auquel le groupe nous a habitué mais également des choses plus inattendues comme sur Tribal. Une réinvention qui fonctionne clairement en tous cas et qui me réconcilie avec le groupe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *