Accueil / Reports / Concerts / Steve’n’Seagulls + Kēpa – L’Empreinte – 20/01/2019
Bannière Institut de la Musique

Steve’n’Seagulls + Kēpa – L’Empreinte – 20/01/2019

Venant de loin et ne sachant pas vraiment à quelle heure je vais arriver à la salle, il s’avère que le hasard fait bien les choses et que j’arrive 10 minutes avant le début du concert… Perfect timing !

La soirée débute avec une rencontre originale avec le multi instrumentaliste Kēpa (Bastien Duverdier, pour les intimes) qui propose des morceaux de style Folk/Country avec ses deux guitares et son harmonica. Une prestation fort sympathique avant de découvrir Steve’n’Seagulls. Le monsieur ne manque pas d’humour et enchaîne des figures de style de qualité et quelques grimaces tout le long de son set, ajoutant des blagues entre deux morceaux du genre : « Je dédicace cette chanson à mon coup de cœur, qui a duré 1min30… et 70€ ». Vous voyez le genre…

Il s’avère que j’ai devant moi un très bon musicien qui officie dans une sorte de mixing Folk-Rock-Garage inspiré des plus célèbres acteurs du genre. Il me fait parfois penser à Jeff Buckley, pour ne citer que lui, pour son côté musical et cette ligne de chant clair et calme qui frôle parfois (souvent ?) le Blues. C’est une prestation simple et sans fioriture qui me permet de passer un bon moment avant de profiter des rockeurs tant attendus…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après une petite heure de concert, c’est l’heure du changement de plateau. L’Empreinte ayant annoncé complet, je m’attendais à ne même pas pouvoir atteindre le devant de la scène, occupé par de nombreux jeunes fans, sous forme d’enfants (Oui oui. Beaucoup trop pour moi mais j’ai survécu, ne vous inquiétez pas !) et aussi d’autres êtres humains âgés entre 7 et 77 ans ! Il faut dire que Steve’n’Seagulls est relativement accessible en matière d’audience et ce n’est pas déplaisant. Bien au contraire. Connaissant un peu la carrière du quintet finlandais depuis déjà quelques années (coucou YouTube !), j’ai ENFIN l’opportunité de les voir grâce à VeryShow. Dans une ambiance intimiste (la salle a une capacité de 400 places), le concert débute sur les chapeaux de roue ! Remmel et sa troupe de joyeux lurons enchaînent a toute berzingue les tubes Rock et Metal qui les ont fait connaitre et c’est un plaisir de les voir s’amuser et sourire à outrance tout le long de leur set.

Les cinq musiciens originaires de Jyväskylä (une jolie petite ville située dans le centre sud de la Finlande) ont joué pendant près d’une heure et demie, que je n’ai pas vu passer, sans montrer un seul signe de fatigue ou alors ils l’ont bien caché ! Oui d’accord, c’est clairement un cover band mais ils ont cette originalité d’avoir réussi à réarranger les morceaux les plus célèbres à la sauce Bluegrass avec des instruments qu’on ne voit pas tous les jours : les classiques guitares acoustiques, banjo, yukulele, contrebasses, batterie et aussi accordéon, clavier, balalaika, mandoline, kantele, percussions diverses et variées (Coucou Puikkonen !). Une petite broderie « Made by S’n’S ». Et le pire dans tout ça, c’est que ça fonctionne complètement ! Sous ses faux airs d’ourson mal léché, Hiltunen endosse le rôle d’accordéoniste, entre autres, à la perfection, faisant écho à Herman qui est de l’autre côté de la scène. Sur les planches ou dans la fosse, la bonne humeur semble être la thématique de cette soirée épique.

Pour terminer leur set en bonne et due forme, Pukki annonce (en français !) un dernier titre 100% frenchie, et je suis étonnée et curieuse en même temps de voir ce qu’ils ont fait de Antisocial. Le talentueux contrebassiste entame alors ce morceau mythique, et son  petit accent finlandais donne vraiment une sonorité savoureusement nordique à cette composition originale du groupe Trust. L’ultime morceau rock’n’roll de ce rappel est Paradise City, qu’on ne présente plus… Google est ton ami ! 😉

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Globalement je suis ravie de cette prestation. Les lights et les retours sont juste parfaits ! Que demander de plus ? Un train magique qui me permettrait de ne pas avoir 1h40 de trajet pour aller jusqu’à Savigny, peut-être… Oui, je râle. Mais il fallait bien que je cite au moins un point négatif à cette soirée ! 😉

Je pose ça là pour me remettre de mes émotions …

Photographie : Dopik Photography

Eldricht Tales

A propos de Izzy

C’est l’histoire d’une fille qui n’a pas toute sa tête… Passionnée d’arts graphiques et de littérature fantastique, issue de diverses formations artistiques et amoureuse de la musique depuis belle lurette, elle cherche à faire partager ses passions à travers des productions de concerts. C’est ainsi qu’en 2012 elle crée une association de production de concerts indépendante sur la capitale, Extrême Factory. En parallèle, elle est chroniqueuse pour différents webzines musicaux et commence ainsi une carrière de schizophrène mélomane.

Lisez aussi

Trail Of Dead + King Phantom – 30/01/2019 – Petit Bain, Paris

Petit Bain ayant annoncé l’ouverture de ses portes à 20h mais sans horaires vraiment définis, …

Draconian + Harakiri for the Sky + Sojourner – Petit Bain – 29/01/2019

Le 29 janvier 2019, par une froide soirée enneigée, se tenait le concert de Draconian à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *