Accueil / Musique / Tits On Fire – Dragon’s Daughters
Bannière Institut de la Musique

Tits On Fire – Dragon’s Daughters

Le trio de garage rock à tendance punks Dragon’s Daughters sort son premier EP, au titre évocateur, Tits On Fire. Trois filles, qui se définissent elles-mêmes comme « Une horde de six ovaires prêts à fondre sur le monde », proposent une musique rock très bien construite comme vous allez le voir.

Même si je suis loin d’avoir été fan de l’artwork de couverture, ce qui m’a un peu ralenti dans ma volonté de chroniquer l’EP, je dois dire que j’ai bien fait de pousser plus loin en écoutant. Car Pocket Pussy attaque sec : batterie rapide, trois voix et un gros ensemble musical qui envoie vraiment bien. Ca balance direct le son des instruments et la voix de Margot, tantôt rock, tantôt mutine, propose une ligne de chant vraiment intéressante. Le changement de rythme en milieu de chanson permet de changer également l’ambiance avant de reprendre encore plus fort. Clairement ces trois filles sont complètement barrées dans leur tête et j’ai apprécié. Who The Fuck arrive ensuite avec un son assez groovy en intro qui se répercute sur l’ensemble de la chanson qui alterne entre moments bucoliques et prenants, avant de s’accélérer sur les refrains. Une belle alchimie en tous cas. Bed In Way se fait plus garage rock classique, comme si l’on était sur la route, à fond de train. Probablement l’une des meilleures chansons de l’EP.

Learn It se fait plus langoureuse, plus dansante, laissant la possibilité au groupe de proposer sa musique sur fond de boule à facette. Très old school cela fonctionne malgré tout très très bien. I’ Don’t Know pour le coup fait plus l’effet d’un OVNI par ses rythmiques très cassées mais la rapidité du rock revient bien vite ajouter ce qu’il faut pour nous emmener danser au son de la musique du groupe. Et enfin l’EP se termine sur La Chanson de Prévert, reprise rock de Gainsbourg, en version très punk-rock qui passe parfaitement à l’oreille.

Tits On Fire est donc un excellent EP, plein d’énergie et de bonnes choses musicales proposées par un trio de même pas plus de vingt ans, preuve que le talent n’attend pas le nombre des années ! Je suis curieux de voir ce qu’elles proposeront par la suite sur un album complet, tant j’ai au final été séduit par leur son, alors que pour je suis fan de gros métal qui tâche, c’est dire la qualité de l’ensemble !

Tits On Fire
Dragon’s Daughters
2019

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Bretzel Blues – Rita Falk

        Dans « Choucroute maudite », publié par les éditions Mirobole en 2017, nous …

The Death South- Le Trianon – 11/04/2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *