Le club des petites filles mortes – Gudule

Le Club des petites filles mortes est un recueil de novellas écrites par la très regrettée Gudule.

J’ai adoré ces huit textes assez différents les uns des autres, qui partagent cependant un style impeccable et une noirceur dérangeante.

Oyez, bonnes gens, le club des petites filles mortes ouvre ses portes. Au menu: sang frais, frissons, peurs bleues et nuits blanches à gogo. Avis aux amateurs ! Car ces gamines, elles en ont, de belles et terribles choses à vous raconter… Des contes modernes, effrayants et bouleversants, où elles se vengent des adultes avec une cruelle innocence. Avec un humour qui arrache le sourire et un style incisif unique en son genre, teinté de poésie et d’émotion. Bienvenue dans l’horreur des contes de fées qui ont mal tourné, au pays des enfances brisées dont les rescapées sont d’autant plus attachantes qu’elles peuvent devenir très, très méchantes…

Les plus :

Un style excellent
Une atmosphère sombre et prenante
Des histoires qui font réfléchir

La plume de Gudule m’a plu immédiatement : pas de grandes phrases compliquées ni de mots savants, mais des dialogues tranchants et des descriptions haletantes où affleure parfois la poésie. En quelques mots, il s’adapte parfaitement à ce que veut raconter l’auteur.

Chacune des histoires est prenante, à sa manière.

Différents genres y sont abordés : fantastique et anticipation se disputent les pages de ce recueil, au cours de récits extrêmement sombres où l’on ne sait plus vraiment qui est coupable et qui est victime.

Car toutes les héroïnes réunies ici ont un point commun : elles sont à part, rejetées ou à l’écart, et tentent de (re)trouver leur place. Gudule dénonce les travers d’une société qui n’a nul besoin de science-fiction pour se montrer monstrueuse : justification de la pédophilie dans Dancing Lolita, harcèlement dans Gargouille, bourgeoisie dans Repas éternel… Les protagonistes ont toutes été blessées par la vie et tentent de prendre leur revanche.

Au long de ces récits, l’auteure ne nous épargnera pas. Ces novellas sont toutes plus monstrueuses les unes que les autres. Âmes sensibles s’abstenir : que les méchants de l’histoire remportent la manche où qu’au contraire les victimes se retournent contre leur bourreau, les chutes restent brutales. Ces petites filles qui reviennent se venger sur le monde ne semblent plus si innocentes après tout, et l’on en vient à remettre en perspective la morale de l’histoire…

Et de fait, au-delà de ces histoires prenantes et monstrueuses, Gudule nous pousse ici à réfléchir. Chacun de ces récits ébranle un petit peu nos certitudes, et c’est sans doute ce qui les rend les plus dérangeants.

 

Le club des petites filles mortes est donc un recueil de novellas que j’ai adoré, mais à ne pas mettre entre toutes les mains : vous n’en ressortirez pas indemne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *