Remember Me (PC/Xbox 360/PS3)

RememberMeREMEMBER ME s’était fait remarquer lors des divers salons dédiés aux jeux vidéo l’an dernier, en nous promettant de pouvoir modifier les souvenirs de nos victimes pour modifier leur comportement ! Voici une idée prometteuse que nous proposent les petits Français de DONTNOD Entertainment : en route pour Paris en 2084 !

Neo-Paris 2084

Les souvenirs personnels peuvent à présent être numérisés, achetés, vendus et échangés. Les dernières formes de vie privée et d’intimité ont été balayées au profit de ce qui semble être l’évolution logique de l’explosion des réseaux sociaux, initiée au début du XXIe siècle. Les citoyens ont eux-mêmes accepté cette société sous surveillance en échange du confort que seule la technologie intelligente pouvait offrir. Ce commerce de la mémoire donne un pouvoir immense sur la société entière à une poignée d’individus.

Remember Me™ est un jeu d’action-aventure à la troisième personne où les joueurs incarnent Nilin, une ancienne chasseuse de mémoire d’élite qui a la capacité de pénétrer dans l’esprit des gens pour voler ou même altérer leurs souvenirs. Les autorités, effrayées par ses connaissances et ses capacités, ont arrêté Nilin et ont effacé sa mémoire. Après s’être évadée de prison, Nilin part en quête de son identité, aidée par son seul et dernier ami. Sur les traces de son passé, elle sera traquée par les personnes à l’origine de cette société sous surveillance.

Commençons d’emblée par ce que l’on voit en premier en jouant au jeu : la direction artistique est réellement soignée, c’est beau, même si ce n’est pas à la pointe de la technologie actuelle. L’univers est crédible : les bas-fonds de Neo-Paris sont crades, alors que les plastiques des beaux quartiers brillent à la lueur du soleil. C’est pendant que l’on suit notre aventure a travers la ville que l’on remarque ainsi le premier grand écueil du jeu : sa linéarité. En effet nous n’avons aucune liberté dans cette ville et on ne va guère que d’un point A à un point B, en passant par des arènes où l’on va rencontrer des vagues d’ennemis.

Fort heureusement, bien que les phases de plateformes soient très classiques, les combats sont quant à eux pas mal réussis. Et cela tout d’abord grâce au système de combo mis en place : Nilin dispose d’un nombre grandissant au fur et à mesure du jeu de combos, c’est-à-dire de suites de coups de pieds et poings plus ou moins longs (plus la suite est longue, plus elle est puissante).  Elle va devoir remplir ces combos par des attaques qu’elle débloque également avec le temps qui sont divisées en quatre catégories : les coups puissants, les coups qui soignent Nilin, les coups diminuant le temps d’attente pour l’utilisation des pouvoirs et enfin, les coups qui décuplent les effets du coup précédent. Nilin débloquera cinq pouvoirs, le plus basique étant une furie lui permettant de se défaire rapidement d’un groupe d’ennemis. Tout cet ensemble permet l’élaboration de stratégies selon les adversaires que vous rencontrerez, ce qui donne des affrontements très dynamiques, d’autant que les boss sont plutôt variés.

La narration n’est pas en reste, loin de là, et l’histoire est même clairement l’un des points forts du jeu, nous plongeant dans une problématique peu explorée par le genre : et si vous souvenirs ne vous appartenaient plus et que vous pouviez oublier les mauvais ? Les souvenirs de Nilin ont eux été effacés, et c’est avec l’aide des erroristes qu’elle combat ceux qui lui les ont volés, dans le but de les récupérer : mais la vérité n’est pas toujours aussi simple et les « méchants » ne sont pas forcément aussi mauvais…

Mais c’est au niveau des souvenirs que la seconde particularité du jeu intervient : Nilin a un pouvoir unique, qui est celui de pouvoir remixer les souvenirs d’autrui, pour leur faire croire ce qu’elle veut ! Il nous est donc proposé de revivre un souvenir clé de notre cible, et d’en altérer certains détails qui changeront alors entièrement leur déroulement, l’idée est génialement bien exploitée, cependant on n’y aura recours que très peu durant l’aventure, bien courte elle aussi… dommage !

Enfin, dernier point, les musiques, futuristes à souhait, ne manquent pas d’épique durant les moments clés du jeu, c’est une réelle réussite !

Finalement c’est une dizaine d’heures qu’il vous faudra pour en venir à bout, mais nous vous le conseillons fortement, malgré ses quelques défauts !

REMEMBER ME
(PC/XBOX 360/PS3)
DONTNOD Entertainment
Capcom

environ 40€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *