Le groupe français de power metal à tendance fantasy est de retour. Après Burning Skyfall en 2016 ils reviennent nous enchanter avec la magie de leurs riffs avec Light, Fire & Iron. Plus folk que son prédécesseur, il nous emmène de nouveau sur des terres de magiciens, chevaliers et dragons, pour notre plus grand plaisir.

Au travers des dix titres de cet album, on continue l’histoire du monde que nous décrit le groupe. Dès Lost Humanity les chœurs posent l’ambiance, combinés aux aspects folk et à une guitare tout bonnement omniprésente qui viennent nous permettent de plonger dans l’univers que le groupe nous propose. Mon seul bémol reste l’accent anglais du chanteur, un peu en deçà de ce que j’ai pu entendre chez d’autres groupes. C’est un peu dommage car il a le phrasé, la puissance nécessaire, mais cette question d’accent m’a un peu perturbé. Néanmoins on arrive déjà à la fin de la première piste et l’on peut se plonger dans la suite avec délectation.

The Heroes Line reprend les mêmes recettes mais en proposant un aspect un peu plus dansant. Le groupe semble avoir évolué vers des ambiances plus folk, plus fantasy encore et cela fonctionne parfaitement. Le dyptique A Tale of Glory, douze minutes pour les deux pistes, est pour sa part une preuve de maturité du groupe dans laquelle ils condensent tout leur talent. L’ajout de cornemuses fonctionne d’ailleurs très bien et la première des deux parties est plus zen tandis que la suite revient à quelque chose de plus power. L’utilisation des chœurs est également impeccable tout au long de l’album. Delusion en milieu de galette est la chanson la plus rythmée, la plus vindicative et cela passe parfaitement à l’oreille. L’énorme morceau Light, Fire & Iron vient conclure l’album de manière impressionnante. On sent que le groupe a voulu se faire plaisir en proposant quelque chose de long, de prenant à ses auditeurs. Et cela fonctionne à merveille, rien à redire : la puissance des guitares, le côté dansant du folk, les chœurs qui viennent donner de l’intensité, tout est là.

Avec Light, Fire & Iron les français sont convaincants, proposant une musique efficace, immersive et résolument teintée de folk. Un très bon album que les fans du genre devraient clairement apprécier.

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *