Déhà est un projet solo mêlant Black metal et influences musicales diverses avec un réel sens de la composition. Le nouvel album qui vient de sortir, Decadanse, est un petit monstre de noirceur de quarante-cinq minutes comprenant uniquement deux pistes. Chacune de plus de vingt-deux minutes va avoir le temps de nous immerger dans le son, dans la noirceur de cet artiste atypique.

Totalement atypique, ce projet solo se révèle à nos oreilles par la première piste : The Devil’s Science. Une puissance blakc metal, des ambiances qui montent progressivement, un jeu vocal impressionnant, tout est mis en place pour nous conter une histoire. L’auditeur se retrouve immergé dans un maelstrom musical aux influences extrêmement diverses. On y trouve aussi bien le black metal classique, que du doom sur certaines phases, ou bien encore une conscience symphonique de l’ensemble du morceau. Très clairement Déhà nous propose l’équivalent d’une symphonie, porté par son talent de multi-instrumentiste. Dès cette première piste mon cœur d’amateur de black a sauté de plaisir et de joie dans ma poitrine.

Le second moment de cet album est I Am The Dead. De nouveau le musicien nous propose d’entrer dans son univers, de découvrir ce qu’il a à nous conter. Très clairement on est face à du très très bon black. Les ambiances alternent mais avec toujours cette nécessité de créer un tout cohérent. Sur cette piste on entend même une ligne de chant très mélodique entre deux sessions de chant guttural.

Au niveau de la composition, comme de la production, Déhà sait ce qu’il fait et cela se ressent totalement. Avec Decadanse il nous propose ce qui semble presque le summum de son art musical avec deux pistes d’une qualité impressionnante qui viennent nous immerger dans la noirceur de l’univers du musicien. Une superbe réussite de la première à la dernière seconde…

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de cultures alternatives, Thomas dirige eMaginarock depuis 2008. Editeur, photographe, anthologiste, graphiste... ses casquettes ont été nombreuses dans sa vie, un peu comme un chapelier fou, mais avec toujours une ligne directrice qui s'est dégagée : faire découvrir les univers qu'il aime aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.