Après deux EP et un album les lyonnais de Gonezilla viennent nous proposer Aurore, un petit album de doom franchement impressionnant. Je m’étais entretenu avec eux il y a quelques jours et après moult écoute je ne peux que vous confirmer mon coup de cœur pour cette galette. Plus d’une heure de musique, de la technicité musicale et vocale, une ambiance parfaite. Rien de plus à ajouter : cet album est une merveille…

Petite introduction avec Praeludium. Une petite guitare, une mélodie, et l’on entre dans l’univers sombre du groupe. On echaîne avec la douceur presque symphonique de Les Couleurs De La Nuit. La mélodie est douce, les guitares profondes, la voix de Karen vient ajouter une mélancolie certaine à l’ensemble. En contrepoint la voix de Julien, gutturale achève de me convaincre : c’est du très bon son. La musique des lyonnais n’a d’ailleurs pas été sans me rappeler Draconian, qui est un groupe dont je suis particulièrement fan. Après ces presque huit minutes de noirceur musicale on replonge immédiatement avec Hominem Te Esse. De nouveau la recette est la même : des guitares très mélodique, une batterie lente et prenante, une basse qui l’accompagne avec talent, et deux chanteurs qui viennent interagir ensemble. De nouveau je suis séduit. Et il va en être ainsi tout au long des onze pistes de cette Aurore.

Et justement quelques chansons prennent le pas sur les autres. Cendres par exemple avec son solo de guitare qui ajoute un sel particulier fait partie de mes morceaux préférés sur cet album. La conclusion avec Outre-Monde est juste magnifique et démontre que le groupe en a encore sous le pieds après toutes ces nouvelles compositions et sait terminer en beauté. Ekho m’a également beaucoup marqué avec ses rythmiques lentes mais ses guitares qui ajoutent une dimension épique à l’ensemble viennent nous séduire. Point fort de la musique de Gonezilla : le chant en français. Il ajoute une immersion intéressante, une compréhension des paroles et, comme ils le disent eux-même, une meilleure transmission des émotions.

Avec ce nouvel album je dois dire que j’ai été plus que séduit par ce groupe lyonnais que je ne connaissais absolument pas. Aurore est un petit bijou de doom metal, ciselé comme il convient. Qu’il s’agisse des paroles, des ambiances musicales, du chant, tout est au rendez-vous. Les amateurs du genre doivent absolument se jeter sur le son de ce groupe sans la moindre hésitation !

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de cultures alternatives, Thomas dirige eMaginarock depuis 2008. Editeur, photographe, anthologiste, graphiste... ses casquettes ont été nombreuses dans sa vie, un peu comme un chapelier fou, mais avec toujours une ligne directrice qui s'est dégagée : faire découvrir les univers qu'il aime aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.