Retour dans les mondes de Warhammer 40.000 avec le dernier né de la plume de Dan Abnett, l’un des auteurs phares de l’éditeur anglais. Cette fois il va nous présenter un personnage qui va se trouver au carrefour de deux autres protagonistes qu’il a lui-même créé, au cœur de l’univers sombre et inquiétant de Warhammer 40.000. Un premier tome pour Bequin qui va nous en mettre plein la vue pour notre plus grand plaisir !

La cité de Reine-Mab est le royaume des masques et des faux-semblants. Paria, espionne, agent de l’Inquisition, Alizebeth Bequin est-elle tout cela ou rien de tout cela ? Même à ses propres yeux, son existence est une énigme. Elle va devoir s’impliquer dans un mortel jeu d’ombres entre les inquisiteurs Grégor Eisenhorn et Gideon Ravenor, anciens alliés devenus ennemis, tous deux à la poursuite d’un adversaire aussi mystérieux que mortel. Objet de la convoitise du grand ennemi, traquée par l’Inquisition, Bequin se voit précipitée au coeur d’une sombre machination, sans savoir quel rôle elle doit y jouer, ni à quelles fins. Aidée d’une poignée d’alliés disparates, elle va devoir percer les secrets de son passé, et de ses origines, si elle veut survivre à la bataille qui s’annonce, une bataille où il ne lui sera pas facile de distinguer ses faux amis de ses véritables ennemis.

Dès les premières pages le lecteur plonge aux côtés d’Alizebeth dans le monde décadent de Reine-Mab où tout est en train de se déliter. Sa vie va rapidement changer et elle va se trouver au cœur des machinations de l’Inquisition, perdue entre Ravenor et Eisenhorn. L’ensemble de l’histoire du roman est crédible et le lecteur se prend au jeu du côté trépidant donné par l’auteur. Car Dan Abnett sait pour le coup parfaitement ce qu’il fait lorsqu’il prend la plume pour replonger dans le 41ème millénaire. Nous allons donc plonger dans les ténèbres en compagnie d’Alizebeth et découvrir qui elle est et ce que lui veulent deux des plus célèbres inquisiteurs de l’univers.

Scénaristiquement le roman est plus que crédible et offre une vision différente des grandes batailles que l’on trouve souvent décrites dans les romans Warhammer 40.000. Le style de Dan Abnett, extrêmement fluide et immersif aide également à ajouter à la qualité globale du roman.

Les protagonistes ici présentés sont finalement assez classiques à l’exception de Bequin qui a le mérite de vraiment surprendre. Les deux inquisiteurs, en pleine lutte intestine viennent ajouter du sel tandis que la galerie de personnes secondaires viennent donner de la couleur au roman. De bout en bout il s’agit d’une réussite.

Ce premier roman des aventures d’Alizebeth Bequin est un franc succès. Paria a su me surprendre et me séduire pour ma replongée dans l’univers de Warhammer 40.000. Je suis vraiment curieux de voir ce que l’auteur britannique va réserver à son héroïne car il finit ce premier opus sur un cliffhanger qui demande la lectue rapide du second tome, Pénitente.

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *