Un thriller fantastique happant et glaçant.

En 1931, une expédition de sauvetage découvre le campement en ruines du Pr Lake, parti explorer l’Antarctique quelques mois plus tôt. Son équipe de scientifiques avait envoyé un message annonçant une découverte extraordinaire avant de sombrer dans le silence…
Sur place, des squelettes humains dépouillés de leur chair laissent imaginer les scènes d’horreur qui ont pu se dérouler. Plus perturbantes encore : les immenses montagnes noires aux pics acérés au pied desquelles le Pr Lake et ses compagnons ont rendu l’âme… Ces terres désolées semblent cacher de terribles secrets. Gare aux imprudents qui oseraient s’y aventurer !

C’est avec beaucoup de plaisir que je me suis replongée dans cette adaptation de Lovecraft par Gou Tanabe.

Dès les premières pages, le trait de l’auteur nous entraîne dans les paysages glacés de l’Antarctique. Le décor de ce thriller horrifique se déroule sous nos yeux avec beaucoup de réalisme, et rend ainsi parfaitement honneur au souci du détail avec lequel Lovecraft décrivait le cadre de ses récits.

Le lecteur voyage au gré des pérégrinations des protagonistes, porté par des sentiments changeants. Les premiers chapitres sont pleins de découvertes. On s’émerveille de ces étendues blanches autant que des trouvailles de l’équipe. Mais rapidement, la personnalité du Professeur Lake interpelle. La passion qu’il a pour son travail semble de plus en plus envahissante, à la frontière de la folie. Le titre n’en prend que plus de sens.

La suite de l’histoire alterne entre les deux équipes scientifiques : celle du Professeur Lake, et celle du Professeur Dyer, l’un se montrant aussi déraisonnable que l’autre est rationnel.

J’ai une fois de plus été bluffée par cette adaptation. Le scénario est parfaitement maîtrisé, on croirait qu’il a toujours été conçu pour un roman graphique. Les dessins sont sublimes, et le noir et blanc ne fait que nous plonger davantage entre la neige et les ombres de ces reliefs aussi fascinants que terribles. L’ensemble est extrêmement réaliste : on s’y croirait.

 

 

J’ai donc adoré ce premier tome et j’ai hâte de me plonger dans le second !

NokomisM

NokomisM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.