La Tour du Freux – Ann Leckie

Un univers trop fouillis et une intrigue dure à suivre. 

Depuis des siècles, l’Iradène est protégé par son dieu tutélaire, le Freux. Mais alors qu’un usurpateur s’est emparé du trône, que des envahisseurs soutenus par un dieu hostile se massent aux frontières, le Freux reste désespérément muet. C’est en ces temps troublés qu’Eolo, l’aide de camp de l’héritier légitime du trône, découvre un sombre secret dans les fondations mêmes de la tour du Freux… Un secret qui pourrait bien rayer l’Iradène des cartes pour toujours.

J’ai essayé de me dire que ça changeait de style, que ça changeait du ton habituel et des ambiances “connues” de fantasy. J’ai essayé de me dire que le tutoiement constant du narrateur donnait quelque chose d’original à l’intrigue. J’ai essayé tout ça, mais au final ça n’a pas marché : La Tour du Freux n’a pas du tout pris avec moi.

D’abord, ce tutoiement constant est au final assez désagréable. On ne sait pas si le narrateur (une divinité) s’adresse à nous lecteurs ou au personnage principal, le jeune Eolo. En fait si, il s’adresse aux deux en même temps et ça ne fonctionne pas du tout !

Ensuite, l’univers de Leckie est très complexe, mais pas dans le bon sens. On a beaucoup de mal à comprendre l’histoire de ce monde et son fonctionnement. Les flash-back (racontés par la fameuse divinité narratrice) arrivent toujours aux mauvais moments et viennent saper l’intrigue principale. C’est souvent long et pas très palpitant.

J’ai eu beaucoup de mal à comprendre les enjeux de l’intrigue et au final, ce n’est vraiment pas une lecture passionnante. L’ensemble manque de cohérence et de peps ! Les personnages sont assez froids et franchement pas agréables à suivre. L’intrigue ne démarre vraiment qu’à plus de la moitié du roman ce qui sur 380 pages seulement donne une exposition beaucoup trop longue. Les dialogues sont toujours très mystérieux et tournés de telle façon à brouiller les pistes, mais au bout d’un moment, il faut que l’on puisse comprendre quelle est la finalité de l’histoire ; vers quel(s) but(s) tendent les personnages.

Conclusion

La Tour du Freux est un roman vraiment décevant qui promet quelque chose de différent alors que ce n’est pas le cas. Je pense par exemple aux ouvrages d’Abercrombie ou Ryan qui proposent des romans fantasy bien plus puissants et plus surprenants. C’est vraiment dommage, car le pitch laissait entrevoir une histoire plus dynamique.

Titre : La Tour du Freux
Série :
N° du tome :
Auteur(s) : Ann Leckie
Illustrateur(s) :
Traducteur(s) : Patrick Marcel
Format : Poche
Editeur : J'ai Lu
Collection : Passeur d'Imaginaires
Année de parution : 2022
Nombre de pages : 380
Type d'ouvrage : Roman

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.