J’ai beaucoup apprécié ce court roman d’aventures aux airs de série B !

La renommée enfin à portée de main, les trois sœurs se réjouissent de la publication de leurs romans.

À Londres, les éditeurs leur font la cour et les invitent à rencontrer la société littéraire en s’imprégnant de culture — n’est-ce pas dans la capitale que celle-ci domine et rayonne, grâce aux découvertes dans tout l’Empire colonial britannique de la reine Victoria ? Au muséum, le public se passionne pour les mystères de l’égyptologie, la nouvelle science antique, dont la momie est sans conteste le phénomène le plus fascinant. On chuchote sous le manteau que les savants dissimulent de sombres histoires à son propos, aux détails macabres…

 

Dans ce court roman d’aventures, l’ambiance est tout de suite au rendez-vous. On se sent très vite transporté dans l’Angleterre des sœurs Brontë, entre la lande et les rues de Londres. Le tout est bien sûr teinté d’une atmosphère fantastique qui n’était pas pour me déplaire, et dont l’ombre plane dès les premières pages. (Imaginez un port brumeux de nuit, dans lequel un bateau décharge d’étranges artefacts égyptiens…).

Ce roman présente les trois sœurs Brontë, qui se retrouvent mêlées à un combat millénaire entre les monstres et les dieux. Chacune d’entre elles se montre attachante à sa manière : la tenace Charlotte, Anne la sensible ou la sauvage Emily (celle-ci correspondait d’ailleurs particulièrement à l’idée que je m’en faisais de par son roman Les hauts de Hurlevent).

Mais l’ensemble est aussi résolument féministe. Loin de se laisser faire, les trois sœurs savent ce qu’elles veulent et ne manquent pas de courage. Leurs talents pour la joute s’exprime tant par le verbe que par les armes. Face à leurs homologues masculins (qui font d’ailleurs de bien piètres combattants), elles ne sont donc pas en reste et c’est très appréciable !

Le tout se joue à partir d’un scénario fantastique digne des grands films de série B (les fans de La Momie seront servis !). Les méchants sont mauvais à souhait sans pour autant tomber dans la carricature. Le rythme est soutenu d’un bout à l’autre et se met au service d’une aventure palpitante. L’histoire est ponctuée de combats et de détails gores qui renforcent l’aspect cinématographique. Quant au style littéraire, il convient parfaitement à l’ensemble.

Anne, Emily & Charlotte Brontë contre la Momie est donc un court roman que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire !

NokomisM

NokomisM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *