Billy Bat 5 – Naoki Urasawa et Takashi Nagasaki

urasawanagasakibillybat5L’histoire nous transporte du sud profond des Etats-Unis en 1960 jusqu’à Dallas, Texas, en 1962. Plus qu’un an avant le terrible événement.

Cette quatrième de couverture est succincte, mais est porteuse de toutes les menaces et thématiques qui seront évoquées dans ce cinquième volume. En effet, nous avons découvert Lee Harvey Oswald dans le dernier épisode et nous ne pouvons qu’être admiratifs devant le travail historique effectué par les auteurs.

Le futur assassin du président Kennedy – mais l’est-il vraiment ? Même aujourd’hui l’énigme n’est toujours pas résolue – s’avère avoir une personnalité complexe formée par les diverses réalités de l’époque et nous en saurons plus dans la seconde partie de ce volume.

Nous commençons celui-ci avec Kevin Yamagata en 1950 alors qu’il rentre aux Etats-Unis où il découvre que celui qui se fait appeler Chuck Culkin – l’homme qui ressemble tellement à Walt Disney qu’il a créé un parc d’attractions consacré à Billy Bat, ce qui ne va pas sans nous rappeler une certaine souris… – est devenu celui à qui l’on attribue le titre d’auteur de Billy Bat. Dépité, Kevin s’est exilé dans un coin reculé du Far West où il a des visions dictées par la chauve-souris, des visions qui écrivent l’histoire, la vraie, celle d’un certain Lee Harvey Oswald qui prépare un attentat, douze ans plus tard. L’histoire peut-elle être changée avant de devenir celle qu’on connaît ?

En 1960, un jeune couple tout juste marié se rend dans le sud des Etats-Unis, plus exactement à Dallas, Texas. Ils pensent qu’ils pourront y vivre paisiblement et faire prospérer l’entreprise familiale de Tony qui fabrique un cola à succès. Le seul problème est que Diane est enceinte et noire, et que Tony est blanc. En cours de route, il assistera au lynchage d’un défenseur des droits civiques par une section locale du ku klux klan. Leurs vies sont dès lors en danger, réussiront-ils à s’en sortir ?

Une nouvelle exploration fort réussie de l’Amérique des années 50 et 60 nous est une fois de plus proposée par les deux mangakas. Bien d’autres surprises nous y attendent avec des graphismes ultraréalistes qui ne manquent pas de donner un relief particulier à ces pages d’histoire bien sombres qui ne sont pas si lointaines que cela. Cette série compte dorénavant dix volumes au Japon et le sixième à paraître en France le sera le 20 mars prochain.

Billy Bat 5
Naoki Urasawa et Takashi Nagasaki
Couverture illustrée par Naoki Urasawa
Traduction par Sylvain Chollet
Pika édition
Collection Seinen
2012

8,05 €

Chris

Chris

Chris a toujours apprécié les littératures de l’imaginaire, mais il lit également d’autres genres pour son plus grand plaisir. Il préfère le terme de critique à celui de chronique qui lui semble toujours trop consensuel. Non qu’il dise systématiquement du mal des auteurs, mais quand il tient une bonne daube ou une resucée maladroite alors il laisse la plume glisser dans de bien sombres humeurs. Comme tout lecteur passionné – ça lui arrive parfois – il n’aime rien tant que de devenir festivalier et d’aller à la rencontre des auteurs. Chris participe de temps à autre à des appels à texte et s’intéresse depuis peu à la photographie, histoire d’apprendre à cerner l’essentiel d’une situation comme d’un lieu. Enfin, il aime plus que tout le transgenre et espère avec une certaine impatience pouvoir être à l’origine de la découverte d’un auteur qui aurait l’audace d’écrire un roman policier avec des sorcières, des mutants et bien entendu quelques créatures extraterrestres aux mœurs exotiques, à défaut d’être douteuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.