Home / Teliam Vore – Raphaël Lafarge & Vincent Mondiot

Teliam Vore – Raphaël Lafarge & Vincent Mondiot

Teliam Vore est une des nouveautés de Pygmalion en ce début d’année 2011. Je connaissais le duo Raphaël Lafarge et Vincent Mondiot du temps de leurs activités sur les Chimères de Mirinar, période qui a finalement mené à la publication du premier tome chez cet éditeur sous un nouveau titre. J’avais lu une grande partie ce qui avait laissé présager ce magnifique roman final. Entrez donc à Mirinèce afin d’en savoir plus sur Elsy !

La couverture illustrée par Stéphane Desbenoist est d’excellente qualité et représente assez bien l’idée que le lecteur se fait de ce monstre qui ravage la ville. L’ensemble est très cohérent graphiquement et s’adapte à merveille à ce que le lecteur peut lire. Rien à redire du point de vue de la couverture. La présentation de l’éditeur est également très précise et alléchante :

« À Mirinèce, la ville où la pluie ne cesse jamais, la jeune mercenaire Elsy loue ses services au plus offrant. Quand le gouvernement des Primats l’envoie surveiller les agissements d’une secte de fanatiques religieux en compagnie de son placide acolyte Basilien, elle s’attend à une banale mission de routine… Mais, au cours d’une cérémonie rituelle, un monstre colossal, fait de chair et d’acier, apparaît, massacrant tout sur son passage. De retour de Mirinèce, la jeune femme apprend que la capitale a également été attaquée par de mystérieux ectoplasmes, que la population ne tarde pas à surnommer les Blasphèmes. Elsy et Basilien se retrouvent alors plongés dans un véritable enfer, et doivent tout faire pour découvrir l’origine des créatures. À la tête de l’armée monstrueuse se trouve Teliam Vore, héros légendaire de la guerre de Loffrieu qui faillit détruire toute civilisation trente ans plus tôt. Ce dernier semble revenu pour demander des comptes à ses anciens alliés, ceux avec qui il avait rêvé d’un monde meilleur… »

Je ne savais pas trop sur quel pied danser avant d’entrer dans les pages de ce roman. Je connaissais a priori une partie de l’histoire, mais les modifications opérées permettraient-elles de passer d’un roman de fantasy crédible à quelque chose de réellement passionnant de bout en bout ? Eh bien oui. Le texte a été, je trouve, totalement dynamisé par les deux auteurs afin de le rendre encore plus vivant, supprimant également quelques touches d’humour bien trouvées, mais qui m’avait surpris.

Les personnages, dont la magnifique Elsy, sont toujours aussi crédibles et pleins de vie. Les suivre est un réel plaisir même si j’ai trouvé Elsy plus sombre cette fois, ce qui lui va plutôt bien d’ailleurs… Les lieux au sein de la ville sont également bien décrits et le lecteur aura peu de peine à se les visualiser, ce qui est assez rare. Quel plaisir d’assister aux combats et aux scènes plus feutrées dans l’environnement de cette cité qui est loin d’être celle des anges.

Du point de vue du travail éditorial je trouve cette nouvelle mouture clairement au-dessus de la précédente. Il est assez surprenant de voir ce qu’une direction littéraire peut apporter sur un manuscrit et Teliam Vore m’a permis de le voir de manière particulièrement directe.  Sans être réellement imparfaite, la version précédente avait un je-ne-sais-quoi d’inabouti. Mais cette nouvelle mouture est juste excellente.

L’univers créé par les deux auteurs est parfaitement respecté et sa création au fil des pages est particulièrement agréable à suivre, chacun sachant nous mener du bout de sa plume vers le point précis où il le souhaite. Du point de vue scénaristique les éléments s’emboîtent parfaitement et la fluidité du récit est parfaitement respectée.

Du point de vue du lecteur des Chimères de Mirinar, Teliam Vore est une version de plus du roman originel. Il ouvre de nouvelles portes, est encore plus passionnant et plus abouti. Finalement la version publiée fin mars par Pygmalion a tous les éléments pour faire d’elle un des grands succès de fantasy française de 2011 : un bon scénario, des personnages charismatiques et une plume fameuse. En parlant de celle-ci c’est la première fois que je vois un roman à quatre mains se lire de manière aussi fluide, ce qui est assez agréable je dois dire…

Je ne peux donc que vous inviter à découvrir ce roman et à pousser les portes de Mirinèce afin de suivre Elsy dans ses ténèbres rendues humides par la pluie.

Teliam Vore
Raphaël Lafarge & Vincent Mondiot
Pygmalion Fantasy

20,90 €

About Thomas Riquet

Passionné de littératures de l’imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d’Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom.

Ce faisant il assure également la direction littéraire d’anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Check Also

Juste un peu de cendres – Aurélien Police et Thomas Day

  Juste un peu de cendres est le premier comics d’Aurélien Police, illustrateur reconnu pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *