Accueil / Jeux / Assassin’s Creed II – PC

Assassin’s Creed II – PC

AC2pcFort du succès incontestable remporté par son premier opus, Ubisoft n’a pas tardé à produire une suite à Assassin’s Creed, affirmant la mise en place d’une licence destinée à une vie longue et riche pour une communauté de joueurs grandissante. Sorti deux ans après son prédécesseur, Assassin’s Creed II offre une suite scénaristique logique et une belle palette d’améliorations tant graphiques que pratiques.

Le récit laissé en suspend à la fin du premier jeu reprend exactement au même moment, soit lorsque Desmond, sorti de l’Animus et laissé seul par ses geôliers, réalise qu’il a soudain la capacité d’user de la vision d’aigle comme Altaïr et peut distinguer d’étranges symboles tracés avec ce qui semble du sang sur les murs de sa « chambre » de prisonnier. Il n’a guère le temps de se poser plus de questions car Lucy, l’assistante de Vidic, surgit, métamorphosée sans son tailleur strict et qui lui annonce qu’elle va l’aider à s’évader. Mais il doit d’abord retourner dans l’Animus quelques instants. Confiant depuis qu’il a cru comprendre qu’elle était de son côté, Desmond s’exécute. Il assiste ainsi à la naissance d’un enfant, Ezio Auditore, et ressort aussitôt de la machine. Pressante, Lucy lui ordonne de la suivre. A la suite d’une course et de quelques affrontements musclés, Desmond est enfin libre et Lucy le conduit directement dans un repaire des Assassins. Là, il fait la connaissance de Rebecca, une informaticienne qui a reproduit un Animus pour l’usage des Assassins, et de Shaun, un historien expert en tactique, un rien cynique et peu avenant. Tous sont des Assassins et sollicitent l’aide de Desmond pour retrouver la Pomme d’Eden avant les Templiers.

1280px-AC2_Lucy_Rebecca_Desmond_Animus

Desmond ne tarde pas à accepter et entre en résonance avec ce nouvel Animus. Il atterrit dans la peau d’un nouvel ancêtre, celui qu’il a vu naître mais 17 ans plus tard, Ezio Auditore. C’est un jeune Florentin de 1476, séducteur, bagarreur, insouciant si ce n’est du bien être de sa famille et de sa petite amie.

famille

Mais un jour tout bascule : son père et ses frères son arrêtés pour conspiration et exécutés en place publique. Ezio découvre alors que son père et son aîné étaient des Assassins et qu’ils ont été trahis. Il n’aura donc de cesse de leur rendre justice, voyageant entre Florence, Forli, Venise, Monteriggioni et Rome pour tuer les traîtres et les conjurateurs, rencontrant de grands personnages qui ont marqué l’Histoire, devenant au fil des années un des plus grands Assassins de la Confrérie. Mais cette quête de vengeance pourra t-elle s’effacer devant le bien être commun ? Car Ezio devra choisir entre faire justice ou protéger ses contemporains des noirs desseins des Templiers, toujours en quête de la Pomme d’Eden cachée par Altaïr.

pub 2

pub

Pour offrir une suite digne de ce nom, Ubisoft se devait de corriger les défauts du premier jeu. C’est chose faite avec ce deuxième épisode et plutôt deux fois qu’une.

Le gameplay reste basé sur le même principe mais il est encore amélioré. La carte-gps omniprésente en bas d’image est plus nette et ses symboles plus clairs. La barre de vie et le signal de notoriété auprès des ennemis sont visuellement plus clairs. Ezio est plus rapide, plus maniable, sa capacité de mouvements est plus grande, ses performances de tueur plus variées (attaques, parades, vol, déplacements, escalade), il peut nager et ramer. Mieux encore, ce personnage évolue non seulement psychologiquement comme le faisait Altaïr au fil de ses missions accomplies mais il développe aussi ses dons d’Assassin avec le temps et les succès. Pour l’y aider, les créateurs du jeu ont mis en place plusieurs systèmes ingénieux qui complètent le personnage mais aussi l’aventure dans son ensemble. Ezio peut changer la couleur de son vêtement d’Assassin, acquérir des armes nouvelles (et donc en changer suivant ses missions), des remèdes et des éléments d’armure plus solides à mesure qu’il remporte des succès car ceux-ci s’accompagnent de rentrées d’argent (il faut acheter ces éléments nouveaux) ou de rencontres bienvenues, essentiellement Leonard de Vinci qui lui fabrique plusieurs armes (le pistolet et la seconde lame secrète sont parmi les plus funs).

roue arme

carte

gameplay

courses

leonard

lame double

Plus il acquiert des protections nouvelles et solides, plus il remporte de succès, plus la barre de vie se rallonge. Puisque l’argent est une donnée importante dans le jeu, Ezio peut voler aisément aux passants mais aussi trouver des malles aux trésors disséminées un peu partout sur son chemin ou attaquer des soldats gardant un coffret bien rempli, enfin il doit investir dans certains commerces.

combat 2

combat

nager

A cela s’ajoute un scénario aux diverses ramifications. Si l’aventure d’Ezio commence en tragédie familiale, elle s’étend bientôt à une quête multiple : trouver et tuer les conjurateurs, trouver leurs commanditaires, empêcher des assassinats, secourir des frères Assassins, protéger des amis et la famille encore en vie, apprendre de nouvelles techniques, trouver l’objet de la quête templière avant les ennemis ou la leur voler, se former comme Assassin (auprès de plusieurs personnages ou suivant de simples épreuves), restaurer la cité de Monteriggioni devenue refuge des Auditore, trouver les pages de codex permettant de reconstituer à la fois les armes secrètes des Assassins mais aussi la piste laissée par Altaïr, trouver les tombeaux des Assassins renfermant les secrets de la Confrérie, mettre la main sur les drapeaux ennemis, trouver de l’argent, accepter des petites missions tel que messager ou redresseur de torts, suivre des informateurs à travers les rues et ruelles, dénicher les messages semés par le sujet 16 qui a précédé Desmond dans l’Animus…

piste altair

sujet 16

Des missions vitales pour l’histoire se mêlent habilement aux quêtes annexes et l’ensemble offre une durée de vie du jeu très appréciable. Ainsi le défaut majeur de répétition schématique du premier jeu est évincé au profit d’une belle richesse d’actions. Notez que des personnages et des événements historiques réels sont présents dans le jeu et que leur utilisation au service de ce scénario n’est pas faite d’anachronismes.

Ezio_Auditore_11_by_wolverine_x_23

poursuite

poursuite 2

invention

Il y a moins d’interactions avec le présent car Desmond quitte peu l’Animus. Une seule séquence est obligatoire, pour tester les capacités de Desmond à assimiler les talents d’Ezio. On constate que Desmond est devenu bien habile pour se déplacer, ce qui s’avérera utile pour la suite.

AC2_Desmond_Warehouse_Freerunning

Esthétiquement on monte aussi d’un cran : le travail sur les décors est superbe, parfaitement documenté et un soin plus attentif a été apporté au physique des personnages principaux. Il faut dire que cette fois-ci, l’Assassin héros ne reste pas sans cesse caché sous sa capuche. Que ce soit l’architecture des villes, l’allure de la campagne, le look et les costumes de la population ou des soldats, rien n’est laissé au hasard et rien ne dénote. Les grands édifices nés à la Renaissance sont là ainsi que les événements tels que le Carnaval de Venise (cité dont les canaux sont bien pratiques pour faire traverser la ville discrètement à Ezio via une gondole ou une bonne séance de natation). La lumière se nuance à mesure que les heures s’écoulent de jour comme de nuit avec un timing et un soin très cinématographiques.

carnaval

eau

monumentlumiere

Le peuple joue encore une fois un rôle intéressant, il peut cacher Ezio dans un petit groupe de personnes mais aussi alerter les gardes qui sont bien entendu un peu partout cette fois encore. Plus le héros réussit ses assassinats (nécessaires ou secondaires), plus sa notoriété augmente et corse le jeu. Pour abaisser celle-ci, Ezio peut faire mieux qu’Altaïr qui ne pouvait que se dissimuler. Selon le degré de notoriété, il peut soudoyer les crieurs publics, tuer des dignitaires le reconnaissant ou arracher des avis de recherche. Et puis cette fois-ci Ezio peut facilement payer les services de quelques alliés : voleurs, mercenaires ou courtisanes qui moyennant finance l’aideront à passer inaperçu pour mieux approcher ses cibles.

mercenaire

La musique de Japser Kyd est encore cette fois de grande qualité, elle suit les ambiances et atmosphères de l’Italie de l’époque, celles des villes traversées et colle au personnage principal d’Ezio.

Le doublage français est tenu par d’autres voix que dans le premier volet de la saga mais l’ensemble reste bien joué.

Le système de jeu est différent pour la version PC. En effet, dans un souci anti-piratage, Ubisoft a fait en sorte qu’une connexion internet permanente soit nécessaire pour jouer. Si cette contrainte peut être peu pratique lorsque l’on est mobile, elle ne cause guère de souci pour un joueur de salon dont le PC ne bouge pas. Il est certain qu’une déconnexion en plein jeu est possible et donc désagréable mais il m’a semblé que ce système facilitait la maniabilité du jeu lui-même par une interface qui permet une sauvegarde régulière (qui n’existait pas dans le premier Assassin’s Creed) via la plateforme Uplay d’Ubisoft. Comme pour le premier jeu, il n’est pas évident de jouer au clavier si l’on veut profiter de toutes les possibilités de mouvements d’Ezio, la manette permet une minutie de commande bienvenue pour les attaques-parades et les déplacements rapides, de même elle donne plus facilement accès à la carte pendant le jeu.

Combinaison splendide de faits historiques et imaginaires, Assassin’s Creed II tient la promesse du premier jeu. Un scénario haletant, des personnages attachants, une aventure visuelle hors norme font de cet opus un jeu d’exception.

Trailer officiel ici

Assassin's_creed_II

Assassin’s Creed II – PC

Studio Ubisoft Montréal

Aventure-action / infiltration

Sortie : mars 2010

À propos Clémentine Fourau

Prisonnière ravie du monde des rêves et de l’imaginaire depuis l’enfance, j’ai connu mes premiers émois littéraires avec les classiques contes et autres aventures des héros de cape et d’épées avant de glisser dans un univers encore plus riche : Histoire, mythologies, légendes, sorcellerie, Fantasy, fantasmagories… Le charme grandiose des oeuvres de Stephen King, JRR. Tolkien, H.P Lovecraft, Edgar A. Poe et Anne Rice furent autant de rencontres magiques éveillant un appétit d’ogre pour le fantastique sous toutes ses formes. Egalement férue de mangas, de films d’animation et de cinéma, j’ai vogué entre mes passions et des études d’histoire de l’art et archéologie, traînant un sentiment persistant que le Livre était ma véritable voie. Aujourd’hui, j’ai trouvé un équilibre, remplissant sans cesse le peu d’espace dans lequel je vis avec toujours plus de livres et partageant ma passion des mots et de l’image à travers mes chroniques et un travail d’écriture qui, je le souhaite, aboutira à séduire un lectorat plus large encore. Car rien n’est plus savoureux que de créer son propre univers du rêve… ou de cauchemars !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Star Wars Aux Confins de l’Empire – Aucune Question indiscrète

Gentil vaurien Aucune Question indiscrète était un supplément fort attendu de la gamme Aux Confins ...

Watch Dragon ball super