Mélangeant de manière très intelligente death mélo et metalcore les finlandais de Horizon Ignited ont sorti le 1er juillet leur nouvel album chez Nuclear Blast : Towards The Dying Lands. Dix nouvelles chansons que les fans apprécieront bien évidemment, mais qui sont aussi, pour les gens comme moi, une bonne porte d’entrée vers ce groupe.

Beyond Your Grief entame l’album de balle manière : une batterie puissante, une ritournelle de guitare puis la voix de Okko vient nous mettre une baffe. Dès le refrain on retrouve les chœurs des autres musiciens mais aussi un côté épique assez propre au death mélo qui me parle parfaitement. On continue dans la même veine avec Servant. Le mélange entre le chant saturé et le chant clair passe parfaitement, sans pour autant tomber dans le côté presque trop mélodique du metalcore. On sent l’efficacité indéniable des guitares et les grosses qualités de composition du groupe. Batterie puissante sur End Of The Line, tandis que les guitares se font entêtantes. Une nouvelle fois le chant vient s’ajouter et cette fois on a clairement plus une ambiance death que sur les chansons précédentes.

Tout l’album est du même acabit avec de très bons morceaux mettant en avant la composition particulièrement travaillée des chansons. Par exemple Fall Apart et son côté très metalcore passe parfaitement bien à l’oreille. Reveries laisse aussi un très bon souvenir pour la dimension épique de ses claviers qui viennent ajouter leur sel au son du groupe. Et enfin je citerai Death Has Left Her Side qui vient donner selon moi une véritable dimension à la musique du groupe avec ses deux niveaux de voix, ses guitares épiques, sa batterie puissante.

Towards The Dying Lands est un album de death mélo assez inattendu, avec de grosses qualités : la composition est impeccable, le groupe propose un son parfaitement réalisé, le tout sur dix pistes. Une excellente découverte musicale et un groupe que je vais clairement continuer à suivre dans les années à venir !

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de cultures alternatives, Thomas dirige eMaginarock depuis 2008. Editeur, photographe, anthologiste, graphiste... ses casquettes ont été nombreuses dans sa vie, un peu comme un chapelier fou, mais avec toujours une ligne directrice qui s'est dégagée : faire découvrir les univers qu'il aime aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.