Un peu plus de deux ans après The Sea Of Tragic Beasts les américains de Fit For An Autopsy nous font l’offrande d’un nouvel album, démontrant que le deathcore a encore de beaux jours devant lui. Oh What The Future Holds, comme une interrogation sur la suite de ce qu’il adviendra de nous…

Début très lent avec Oh What The Future Holds et sa longue intro avant que les guitares incisives ne viennent prendre le relai et envoyer du lourd. La voix de Joe Badolato vient ajouter son growl puissant sur les mélodies entêtantes du groupe. Tout comme son prédécesseur cet album va proposer un mélange passionnant de brutalité, de complexité musicale mais aussi de mélodies prenantes. Cette alchimie fonctionne impeccablement du début à la fin.

Par exemple la troisième chanson, Far From Heaven n’est pas sans rappeler les mélodies accrocheuses de l’album précédent. De nouveau on se trouve face à un couplet brutal avant d’avoir un refrain qui entraîne et nous emporte sur une ritournelle de guitare bien sentie. On ne s’ennuie très clairement et ce n’est pas Collateral Damage, piste qui m’a semblé la plus mélodique de l’album. Un petit bijou de la première à la dernière seconde qui alterne intelligemment entre son brut et mélodies mélancoliques et immersives. La plus longue piste de l’album a aussi de quoi surprendre. Près de sept minutes pour The Man That I Was Not. Plus pop tout en conservant la puissance du deathcore le chant clair nous étonne et nous séduit avant le déchaînement de violence attendu. Celui-ci est énorme et particulièrement bien exécuté.

Avec Oh What The Future Holds les américains nous proposent une nouvelle fois un univers prenant, brutal et mélodique dans lequel l’auditeur se baigne, se prenant au jeu de la puissance qui se dégage de chaque seconde de cet album. Une nouvelle pépite à découvrir urgemment !

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de cultures alternatives, Thomas dirige eMaginarock depuis 2008. Editeur, photographe, anthologiste, graphiste... ses casquettes ont été nombreuses dans sa vie, un peu comme un chapelier fou, mais avec toujours une ligne directrice qui s'est dégagée : faire découvrir les univers qu'il aime aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.