Entretien avec Erik, chanteur et bassiste de Månegarm

Bonjour, et merci de prendre le temps de répondre à mes questions. Pouvez-vous d’abord vous présenter et expliquer ce que vous faites dans Månegarm ?

Salut et merci, tout le plaisir est pour moi. Je m’appelle Erik Grawsiö et je chante et joue de la basse dans Månegarm. Je fais partie du groupe depuis le début, en 1995. À l’époque, je jouais de la batterie, mais à partir de 2010, j’ai repris la basse lorsque notre ancien bassiste a soudainement quitté le groupe. Nous avons eu un autre chanteur sur le premier album Nordstjärnans Tidsålder (1998) mais depuis le deuxième album, je chante aussi dans le groupe.

Votre nom vient des loups nordiques pendant Ragnarok. Y a-t-il une raison pour laquelle vous choisissez spécifiquement ceux-ci ?

Nous avions un autre nom au début, Antikrist, mais comme l’idée avec Månegarm depuis le début était de chanter sur la mythologie nordique et l’ère viking (en suédois), nous avons changé le nom en Månegarm après quelques mois, car nous pensions que c’était un nom beaucoup plus approprié à notre son.

Comment es-tu devenu fan de métal, puis musicien ?

Mon premier contact avec la musique « hard » a été quand j’ai entendu « Speed King de Deep Purple chez un ami. Son père avait cet album et je me souviens que nous l’avons écouté un jour après l’école. J’avais peut-être 8-9 ans et j’étais complètement époustouflé; quelle énergie !! Tout était tellement cool et incroyable, j’étais coincé à partir de ce jour-là.

La musique a toujours existé dans ma vie. Au début de l’école, nous avons appris à jouer de la flûte pendant le cours de musique, et plus tard, j’ai appris à jouer du cor puis de la trompette. Quand j’avais environ douze ans, mon voisin à la campagne m’a montré comment jouer de la guitare et c’était BEAUCOUP plus cool que la trompette (rires).

J’ai écouté des milliers d’heures de Guns n’Roses, Metallica, Motörhead et d’autres groupes cool et j’ai essayé de jouer leurs chansons… Je jouais beaucoup de guitare à l’époque, c’était tellement amusant !

Quand j’avais peut-être 15 ans, j’ai commencé à jouer de la batterie, en quelque sorte par « accident » en fait. Markus (guitare à Månegarm) et sa famille rénovaient leur maison et son grand frère jouait de la batterie ; un kit Pearl Export noir avec une double pédale dont je me souviens encore. À cause de la rénovation, ils ne pouvaient pas avoir de gros caisses si encombrantes à la maison, alors ils nous ont demandé, à moi, à ma mère et à mon père, si nous pouvions avoir les caisses pendant un certain temps. Alors il est arrivé que j’ai commencé à frapper ces fûts et assez rapidement j’ai appris à jouer. Je n’ai pris aucun cours ou quoi que ce soit, j’ai juste appris par intérêt et curiosité.

Ynglingaättens Öde est le nouvel album du groupe. Comment avez-vous travaillé dessus ? Qui a écrit la musique, qui a écrit les paroles ?

Je compose les chansons/musique et Jakob (notre batteur) écrit les paroles. Le processus lors de la composition d’une chanson est toujours que j’envoie à Jakob une démo approximative avec la musique, puis il écrit le texte. Je « chante » les parties où je veux les mots et Jakob est phénomenal dans la recherche des bons mots et la création d’une histoire.

Nous avons enregistré la batterie et les guitares rythmiques au Studio Underground et le reste est enregistré dans notre studio de Månegarm, que nous avons chez Markus, et aussi quelques petites parties dans mon propre petit mini-studio chez moi.

Où trouves-tu l’inspiration quand il s’agit d’écrire de la musique ?

Je peux être inspiré par beaucoup de choses : la nature, les sentiments, les films mais surtout la musique et d’autres groupes je suppose. Parfois, je peux même m’inspirer de vieilles compositions de Månegarm. La première chanson Freyrs Blod par exemple : le premier riff de cette chanson est en fait inspiré de notre propre chanson Vargstenen (de l’album Vargstenen – 2007).

Comment avez-vous travaillé sur les superbes illustrations de cet album ?

C’est notre vieil ami Kris Verwimp qui a peint la pochette. Il a également fait des illustrations/croquis pour chaque chanson de l’album et il a vraiment fait un travail incroyable. Kris a fait toutes les pochettes de Månegarm à l’exception du premier album.

L’idée de cette couverture est l’idée de Jakobs. Il a écrit ses pensées et les a envoyées à Kris, puis Kris a trouvé ce grand tableau.

Quelle est ta chanson préférée sur cet album ?

Je dirais En snara av guld. Ma plus jeune fille, Lea, chante sur cette chanson et mon autre fille Tuva joue le rôle principal dans la vidéo. (C’est la fille qui est mariée et tue finalement le roi).

Je suis vraiment heureux de la façon dont la chanson et la vidéo sont sorties et mon cœur de père ne pouvait pas battre plus fort que quand j’entendais et voyais mes charmantes filles dans cette chanson/clip.

Les vidéos pour Ulvhjärtat et En Snara av guld sont sorties. D’autres vidéos sont-elles prévues pour défendre l’album ?

Nous publierons une autre vidéo le 12 avril pour la chanson Stridsgalten. Nous publierons également une lyrics video le 12 mai.

Comment travailles-tu la partie vidéo de ton métier ? N’est-ce pas difficile de jouer devant la caméra ?

Eh bien, je ne suis vraiment pas un acteur, donc cela peut parfois sembler étrange et contre nature. Mais c’est aussi amusant et la vraie satisfaction vient quand on voit le résultat final ! C’est un sentiment agréable!

Une tournée est-elle déjà prévue ? Vous venez en France ?

Aucune tournée n’est prévue pour le moment mais j’espère vraiment que nous  reviendrons bientôt en France ! C’est toujours génial de jouer en France :)

2021 a vu tant de grands albums sortir. Lequel préférez-vous ?

J’ai aimé le nouvel album d’Iron Maiden, c’était plutôt bien ! Un autre album que j’ai aussi beaucoup écouté était Jylhä de Korpiklaani. Les deux albums sont hyper solides !

Merci beaucoup pour tontemps et bonne journée.

 

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de cultures alternatives, Thomas dirige eMaginarock depuis 2008. Editeur, photographe, anthologiste, graphiste... ses casquettes ont été nombreuses dans sa vie, un peu comme un chapelier fou, mais avec toujours une ligne directrice qui s'est dégagée : faire découvrir les univers qu'il aime aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.