Après un premier tome qui m’a totalement pris à contrepied, et séduit il faut bien le dire, Morgan of Glencoe a continué sa saga et j’ai mis énormément de temps à me plonger dans le second tome. Je l’ai d’ailleurs franchement regretté tant il est de qualité. Une nouvelle ballade dans ce monde imaginaire à la fois riche, prenant et émouvant.

Alors que la nouvelle se répand en Keltia, Yuri, ramenée de force à l’ambassade du Japon, est déterminée à reprendre sa liberté malgré tout. Mais comment fuir, et où trouver refuge ? Seul le Rail semble désormais capable de lui donner asile…

Ce second roman débute à la suite exacte du tome précédent et on retrouve Yuri qui quitte les égouts, après que son promis l’ait « sauvée ». Mais bien vite elle va être obligée de s’enfuir de nouveau, porté par son besoin de liberté. Dans ce second opus on suit les destins de Yuri évidemment, mais également de Bran, Pyro, la Capitaine, et l’ensemble de notre équipe du rail. Leurs aventures vont bien entendu être nombreuses et pousser le lecteur toujours plus avant. On y retrouve également Louis-Philippe, Aliénor, ou encore Kenzo comme personnages secondaires, mais qui n’en prennent pas moins une grande importance au cœur même du récit et annonçant certaines choses du tome 3. De nouveau Morgan of Glencoe nous propose un scénario de qualité, plus intimiste que celui du premier roman mais avec toujours cette capacité à proposer des enchaînements d’évènements qui fonctionnent à merveille. Dans L’Héritage du rail, dont le titre prendra ensuite tout son sens, elle nous propose un tome de transition avant son final explosif, mais tout en gardant l’intérêt du lecteur pour les péripéties des personnages.

L’un des points forts de ce roman reste les personnages. L’autrice parvient à nous faire aimer Bran et Yuri par exemple, tout comme à nous faire haïr Louis-Philippe, avec une facilité assez déconcertante. Chacun d’entre eux possède son caractère bien défini et même si l’on sent un côté young-adult dans ses protagonistes comme dans les thématiques abordées, on ne s’ennuie pas. Mon petit personnage préféré au final n’est pas un des héros de l’aventure, mais son côté attachant m’a fait fondre : Pyro le feu-follet. Il est juste exceptionnel !

Ce second tome de La Dernière Geste est impeccable et annonce un troisième opus éblouissant. Morgan of Glencoe fait grandir ses personnages, leur donne de nouvelles armes pour aller vers le dénouement de cette grande aventure qu’elle nous fait vivre. Elle distille également en fin de roman les prémices de ce que l’on va découvrir et vivre par la suite, et cela s’annonce comme l’un des meilleurs tomes de la pentalogie, c’est dire !

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de cultures alternatives, Thomas dirige eMaginarock depuis 2008. Editeur, photographe, anthologiste, graphiste... ses casquettes ont été nombreuses dans sa vie, un peu comme un chapelier fou, mais avec toujours une ligne directrice qui s'est dégagée : faire découvrir les univers qu'il aime aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.