En 2017 un grand gap s’est produit dans les univers de Warhammer 40.000 avec l’avancée énorme du Chaos sur l’Imperium humain, et le retour à la vie de Roboute Guilliman, primarque des Ultramarines et fils de l’Empereur de l’Humanité. Ce choc a joué un rôle capital dans l’environnement ludique mais également littéraire de ces jeux. Et ce coup de tonnerre a eu pour conséquences quelques romans fort intéressants, allant de Cadia Falls et Cadia Stands, Dark Imperium et Guerre et Peste. Tout un environnement littéraire au service du ludique et d’une galaxie à la fois foisonnante et inquiétante, dépeinte par des auteurs de talent. Le Fils vengeur est le dernier né de ces romans estampillés Dark Imperium qu’il m’ait été donné de lire et je n’ai pas été déçu.

Une grande noirceur s’est abattue sur la galaxie, et les armées du Chaos sont partout. Pour survivre, l’humanité doit riposter et reprendre ce qu’elle a perdu. Par la volonté du primarque ressuscité Roboute Guilliman, on entreprend la Croisade Indomitus, dont l’envergure éclipse toutes les campagnes militaires de l’histoire. Du Monde-trône de Terra partent les flottes du Fils Vengeur, avec pour mission rien de moins que le salut du genre humain.
Alors que des milliers de vaisseaux zèbrent de leurs flammes le vide glacé, l’attention de la maîtresse de flotte VanLeskus se porte vers le Détroit de Machorta, une région assaillie par un Ost Massacreur des Dieux Sombres. La réussite de la Croisade Indomitus dépend de l’issue de ce conflit, et de la mission désespérée du groupe de combat Saint Aster, sous les ordres du lieutenant space marine Messinius. Quand bien même, il ne s’agit que du prélude à la tuerie qui s’annonce.

Le Fils vengeur revient aux origines de la croisade Indomitus, qui vise à reconquérir la galaxie suite à la percée des forces du Chaos. On y retrouve donc Guilliman peu de temps après son réveil, sur Terra, préparant ses plans pour le futur et constatant la déliquescence dans laquelle est tombé le rêve de son père. Il va sous nos yeux organiser sa croisade, préparer l’humanité à son futur, mais pas seulement. Nous allons croiser les destins de personnages hors norme et notamment de Messinius. Ce premier roman de l’Aube du feu nous propose à la fois cette vision panoramique et impressionnante, mais également une vision plus sombre, plus individuelle avec les personnages de l’historien et de la scribe, qui ne sont rien au regard de la gigantesque machine qu’est l’Imperium. A cela Guy Haley ajoute une dimension militaire parfaitement trouvée qui vient donner sur la fin du roman une autre dimension à ce titre.

La galerie de personnages est juste parfaite de la première à la dernière page. Qu’il s’agisse de Messinius, du primarque, de l’Inquisiteur, de VanLeskus, ou encore de l’historien et de la scribe, Guy Haley parvient à donner une vision complète. On y retrouve les aspects militaires, navals, de ravitaillement, mais aussi la dimension tout simplement humaine, au-delà des combats dantesques auxquels les romans Warhammer 40.000 nous ont habitués.

Le style fluide et rapide de l’auteur combiné à la traduction de bonne qualité de Loïc Masson, offrent une qualité de lecture agréable. Reste toutefois à ce que l’éditeur prenne le temps d’une passe de relecture supplémentaire car il reste pas mal de petites coquilles. Ce problème est récurrent chez Black Library et est parfois un peu agaçant au cours de la lecture.

Le Fils vengeur est un excellent premier tome pour la série L’Aube du feu. Permettant à la fois de s’immerger dans l’univers à l’échelle humaine de Warhammer 40.000 il ne délaisse pas pour autant le grandiose des batailles. Une entrée en matière qui donne envie et dont je vous parlerai bientôt de la suite, La Porte des ossements.

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de cultures alternatives, Thomas dirige eMaginarock depuis 2008. Editeur, photographe, anthologiste, graphiste... ses casquettes ont été nombreuses dans sa vie, un peu comme un chapelier fou, mais avec toujours une ligne directrice qui s'est dégagée : faire découvrir les univers qu'il aime aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.