Les parisiens de A Place to Die proposent au public de prendre une petite dose de metalcore avec leur nouvel EP, le second, Dystopia.

Dès Behind The Mask on sent que le groupe a de l’énergie à revendre et va envoyer du bois tout au long des cinq pistes de l’EP. Alternant chant clair et saturé, le tout porté par des riffs de guitare énergiques et une batterie omniprésente. La formation n’a rien à envier à certains maîtres du genre avec notamment des titres comme Depression ou encore Hell Is Made of It qui impressionnent vraiment en termes de maturité musicales. Une autre piste marque : I Won’t Forgive qui mêle avec talent le flow des guitares et un chant procurant l’émotion. Moins pêchue que ses camarades elle n’en reste pas moins un bel exemple de la maturité musicale du groupe.

Ce nouvel EP est une bonne surprise, et une belle découverte pour moi qui ne connaissait pas du tout le groupe. Fans de metalcore jetez-y une oreille, vous pourriez être surpris par la qualité tant des mélodies que du chant !

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *